Toulouse: De nouvelles enseignes pour sortir le centre commercial Compans du tunnel

COMMERCE Déserté par la clientèle, le centre commercial Compans change de braquet avec de nouvelles enseignes et en s'ouvrant sur l'extérieur...

Hélène Ménal

— 

La future façade du centre commercial Compans, côté boulevard Lascrosses.
La future façade du centre commercial Compans, côté boulevard Lascrosses. — Pitch Promotion

Le spécialiste plutôt chic de l’ameublement Habitat, mais aussi une enseigne de bricolage ET jardinerie, sans compter une immense salle de fitness. Voilà une partie des nouveautés qui attendront le chaland en novembre 2016 dans la version « repensée » du centre commercial Compans-Caffarelli.

>> A lire aussi : Toulouse: La mairie veut faire rebattre 33 «cœurs de quartier» d'ici 2020

Deux ans après avoir racheté le complexe, le groupe Pitch Promotion ne fait pas dans le détail. Il investit 30 millions d’euros dans le complexe dont les galeries restent peu fréquentées en dépit d’un emplacement royal, entre le métro, la proximité de la cité administrative, du centre de congrès, du Palais de sports ou encore du Conseil général.

Eviter les doublons avec la rue d’Alsace

La faute, selon les spécialistes, à « un manque de visibilité depuis l’extérieur ». Les grands travaux qui s’amorcent vont donc consister à ouvrir le centre. Sur l’arrière, sur l’avant, côté jardin japonais aussi, avec des percées et de grandes terrasses signalées par des « casquettes », autrement dit de grands auvents. « L’idée et de reconnecter le centre commercial avec l’extérieur », résume Guillaume Barth, chargé du projet chez Pitch Promotion.

L'intérieur du centre commercial Compans-Caffarelli après le réaménagement.
L'intérieur du centre commercial Compans-Caffarelli après le réaménagement. - Pitch Promotion

Au-delà de l’aspect extérieur et d’un nouveau travail sur la lumière, le promoteur a décidé de garder et même d’agrandir sa « locomotive » : le Carrefour Market, qui malgré la faible fréquentation des lieux voit quand même passer un million de clients par an aux caisses, jouant à fond son rôle de commerce de quartier. « Pour le reste, explique Guillaume Barth, nous avons pris le parti d’une commecialité complémentaire au centre-ville. Si c’est pour retrouver exactement les mêmes boutiques que dans la rue d’Alsace, ça ne sert à rien ». D’où le jardin et l’ameublement, plutôt rares à l’intérieur des boulevards.

Saint-Georges aussi va faire sa révolution

A quelques minutes à pied, le centre commercial Saint-Georges semble souffrir du même mal que celui de Compans. De nombreuses boutiques y ont fermé ces derniers temps. « Il vient d’ailleurs d’être racheté par un groupe allemand qui a déposé il y a peu un permis de construire », indique Jean-Jacques Bolzan (UDI), l’adjoint au Commerce.

Aux mêmes maux, les repreneurs de Saint-Georges vont appliquer les mêmes remèdes : rendre visibles les entrées, ajouter des puits de lumière à l’intérieur et attirer de nouvelles enseignes. Selon l’élu, un concept de boutiques éphémères devrait faire partie du projet qui sera opérationnel « vers 2019 ».