Tarn: Le suspect de la disparition d'Amandine reste en prison

JUSTICE La Cour d’appel de Toulouse vient de décider de maintenir en détention Guerric Jehanno, mis en examen dans le cadre de la disparition d’Amandine Estrabaud il y a trois ans…

Helene Menal

— 

Amandine Estrabaud a disparu le 18 juin 2013 dans le Tarn.
Amandine Estrabaud a disparu le 18 juin 2013 dans le Tarn. — H. Menal - 20 Minutes

Il reste en prison. Guerric Johanno, interpellé le 8 avril dans le cadre de la disparition de la Tarnaise Amandine Estrabaud, a vu son placement en détention provisoire confirmé par la Cour d’appel de Toulouse ce jeudi.

Ce jeune homme de 28 ans, habite Roquecourbe, près de Castres, la commune d’Amandine Estrabaud qui n’a plus donné signe de vie depuis le 18 juin 2013.

Plusieurs éléments à éclaircir

Parmi les indices retenus contre lui par les gendarmes, il y a sa présence ce jour-là sur un chantier de maçonnerie situé non loin de la maison d’Amandine. Un domicile près duquel les chaussures et une boucle d’oreille ont été retrouvées et dont la porte a été laissée grande ouverte. Ensuite, il y a le béguin supposé que le jeune maçon avait pour la disparue.

Ensuite, il y a le témoignage d’une voisine qui a aperçu un véhicule utilitaire blanc et un homme portant un pantalon de chantier « Un pantalon comme en portent tous les maçons », relève Victor Lima, l’avocat de Guerric Jehanno.

« Le pire ennemi de mon client, c’est lui »

Lors de l’audience de mardi, le mis en examen s’est montré confus, bégayant et sanglotant parfois. « Le pire ennemi de mon client, c’est lui, reconnaît Victor Lima. Mais ce n’est parce qu’on est brouillon qu’on est coupable. J’espère qu’il ne sera pas victime de l’opinion publique. On l’exhibe et on le montre du doigt alors même qu’il n’est pas jugé. »

Le défenseur souhaite qu’une surveillance étroite soit mise en place à la maison d’arrêt de Seysses. « Il est extrêmement fragile et soupçonné du pire crime, je crains qu’il vive très mal cette détention », glisse-t-il.

« L’intime conviction » de la famille d’Amandine

Chez les proches d’Amandine, le maintien en détention du suspect est accueilli avec « soulagement ». « Pour nous, c’était une évidence », assure Pierre Debuisson, l’avocat de la famille. Lors de l’audience en appel, il a poussé Guerric Jehanno dans ses retranchements espérant « le faire craquer ». En vain.

>> A lire aussi : Disparue du Tarn: La mère d'Amandine enjoint le suspect de mettre fin à un ​«cauchemar éveillé»

Pierre Debuisson pense que Guerric a croisé Amandine, qu’il a « tenté une approche de séduction », puis cédé à la violence une fois éconduit. Il a « l’intime conviction » que le jeune homme cache un secret beaucoup trop lourd à porter et que cela explique son comportement étrange.

Depuis l’interpellation de Guerric Jehanno, dont les proches ont créé une page de soutien sur Facebook, la petite commune de Roquecourbe se trouve profondément divisée.