Toulouse: Avant l'ouverture du premier bar à chats, adoptez la «ronronthérapie»

SOCIETE Alors que le premier bar à chats doit ouvrir ses portes dans les prochains jours, le vétérinaire toulousain Jean-Yves Gauchet explique les bienfaits du félin sur l’homme…

Beatrice Colin

— 

L'un des occupants du premier bar à chats de Lyon.
L'un des occupants du premier bar à chats de Lyon. —

D’ici quelques jours, Chapristea, le premier salon de thé à chats toulousain doit ouvrir ses portes rue Jules-Chalande, à deux pas du Capitole.

Pour les amoureux des boules de poils, ce nouveau lieu cosy sera une adresse de prédilection. Le vétérinaire toulousain Jean-Yves Gauchet, qui a décrypté les vertus de la « ronron thérapie » et a même édité un CD de ronronnements de chats, revient sur les bienfaits des matous sur les humains.

Que pensez-vous du concept de bar à chats qui arrive sur Toulouse ?

Je n’ai jamais mis les pieds dans un bar à chats. Sur le principe pourquoi ne pas se mêler à des chats à partir du moment où ils ne deviennent pas des esclaves. Le concept du salon de thé me semble plus convivial car on y parle moins fort que dans un bar. Mais ce n’est pas de la « ronron thérapie » car celle-ci se pratique uniquement entre moi et mon chat.

>> A lire aussi : Toulouse: Le premier bar à chats ouvrira finalement à la mi-avril en plein centre-ville

Là, il s’agit plus de convivialité, de pouvoir échanger avec un chat. Par contre, s’ils ont un petit salon où l’on peut se mettre à l’écart et qu’un chat est volontaire, on pourra parler de ronron thérapie.

Qu’est ce que vous entendez par ronron thérapie ?

C’est l’écoute du bruit, du ronron émis par le chat dans des conditions calmes qui vont permettre de se mettre dans un état d’esprit. Cette musique va vous entraîner dans une torpeur, vous détacher de vos soucis quotidiens et faire émerger des souvenirs. En écoutant certains types de sons cela génère la production d’endorphines et vous met dans un état agréable et reposant.

Est-ce que cela marche sur tout le monde ?

Il faut avoir eu de bonnes expériences avec les chats. Le ronronnement joue à travers le cheminement hippocampe-amygdale le rôle de la « madeleine de Proust ». On analyse le son, c’est trié par le cerveau qui met une étiquette dessus. Pour 90 % des gens, le ronronnement est plutôt un bon souvenir.

Ce bruit repose. Il a des qualités en tant que son, puisqu’il est dans les basses, entre 20 et 50 hertz, que l’on retrouve dans certaines musiques et qui ont des qualités relaxantes.

Pourquoi les chats ronronnent-ils ?

On ne sait pas pourquoi, mais la raison n’est pas qu’anatomique. Le chat est prédisposé à apprécier son propre ronronnement. A trois jours, il répond à sa mère en ronronnant, c’est un signal entre chats, c’est aussi un drapeau blanc entre eux, un signe à la fois de soumission et de sympathie. Et l’homme n’a rien à y voir.

Le font-ils uniquement par plaisir ?

Dans certains moments dramatiques ils ronronnent aussi. J’ai eu le cas d’une femelle qui mettait bas dans des conditions difficiles et ronronnait, mais aussi d’un chat qui souffrait d’une fracture. Ça peut être un signe d’alerte, ou une tentative d’auto-guérison. Car ce sont des fréquences basses, les mêmes que les kinés utilisent pour les sportifs victimes de douleurs musculaires avec des appareils de vibration.