Toulouse: Elle perd son job à cause... de son prénom

SOCIETE Marion, une Toulousaine de 27 ans a été débarquée de l’entreprise où elle était en formation au motif que son prénom faisait doublon…

H.M.

— 

Une carte d'identité. Illustration
Une carte d'identité. Illustration — A. GELEBART / 20 MINUTES

A priori, s’appeler Marion n’est pas un gros handicap dans la vie. Une Toulousaine de 27 ans a pourtant vu ses chances d’insertion professionnelle s’évaporer parce qu’elle portait ce prénom. C’est La Dépêche du Midi qui raconte les déboires de la jeune fille dans son édition de mercredi.

Marion donc a d’abord travaillé en tant qu’intérimaire comme assistante commerciale dans une entreprise du sud-est toulousain, spécialisée dans le matériel médical. Il faut croire qu’elle faisait l’affaire puisqu’elle a enchaîné par une Action de formation préalable au recrutement (AFPR) pilotée par Pôle emploi.

Une Marion de trop

Mais, là, les choses ont tourné au vinaigre. Au motif qu’il y avait déjà une Marion dans la boîte à un poste similaire, l’employeur a exigé de sa recrue qu’elle prenne un pseudo professionnel, « Marie », histoire de ne pas créer la confusion chez les clients de cette PME. « Une pratique courante dans le secteur commercial », selon elle. L’ordre concernait y compris l’adresse mail de la jeune fille.

>> A lire aussi : Yvelines: Licenciée pour une erreur de virgule, une caissière fait condamner son employeur

Marion proteste, estimant que son nom de famille est bien suffisant pour la différencier de sa collègue. La sanction ne s’est pas fait attendre : l’entreprise a mis fin au contrat de formation.

Peut-être pour d’autres raisons. Mais le motif de rupture écrit noir sur blanc dans le document que s’est procuré La Dépêche du Midi est sans ambiguïté : « Problème d’identité au sein de la société. Deux mêmes prénoms non voulus par la direction ».