Toulouse: Le musée des pionniers de l'Aéropostale entrera en piste fin 2018

CULTURE Le musée de l’Aéropostale ouvrira ses portes à Montaudran en décembre 2018, 100 ans après le premier vol des pionniers…

Béatrice Colin

— 

Le musée consacré aux pionniers de l'Aéropostale doit ouvrir en décembre 2018. Lancer le diaporama
Le musée consacré aux pionniers de l'Aéropostale doit ouvrir en décembre 2018. — P. Arotcharen

Après avoir été cloué au sol durant plusieurs années, avoir subi de nombreuses avaries à la limite du crash, le projet de musée consacré aux pionniers de l’Aéropostale devrait ouvrir ses portes sur le site historique de Montaudran en décembre 2018.
 

Cette inauguration se fera en parallèle de la grande halle consacrée à la compagnie La Machine, où seront installées une centaine d’inventions monumentales sorties tout droit de l’imagination de François Delarozière. C’est d’ailleurs à côté du grand bâtiment de verre où elles seront stockées, près de la piste d’où décollèrent Mermoz et Saint-Exupéry, que prendra place le volet mémoire du projet culturel de « La Piste des Géants ».

>> A lire aussi : Toulouse: Une Piste des Géants à Montaudran pour faire décoller la Machine et l'Aéropostale

Au-delà de l’histoire de l’Aéropostale, le visiteur sera immergé dans l’histoire des pionniers, revivra leurs conditions de vie à Cap Juby, au Maroc, ou encore leur périple dans la Cordillère des Andes.

Complémentaire à Aéroscopia

Le musée sera installé dans les bâtiments témoins de leur aventure : le Château Petit-Espinet Raynal, la Maison de la radio et le Magasin général qui accueillera l’essentiel de l’exposition.

« Nous allons aussi essayer de refaire un avion qui sera installé en extérieur, certainement un Latécoère 300, le fameux Croix du Sud à bord duquel Mermoz a disparu en mer en décembre 1936. Les visiteurs pourront monter dans un cockpit, revivre les traversées, ce sera très interactif », assure Thierry Sentous, chargé de coordonner le projet dont le budget d’investissement est de 10 millions d’euros.

« Il y aura une solidarité thématique avec la Cité de l’Espace et Aéroscopia, nous travaillons en ce sens », explique le président de Toulouse Métropole, Jean-Luc Moudenc (LR). Le ticket d’entrée pourrait en effet être couplé avec celui du parc de découverte aéronautique de Blagnac, mais certainement aussi avec la visite de la halle voisine de La Machine.

Familles de pionniers divisées

La cohabitation avec les inventions de Delarozière n’est pas du goût de toutes les familles de pionniers et des passionnés.

Mais ce n’est pas la seule source de critiques. Pour certains, comme le petit-fils de Didier Daurat, Jean-Didier Hémous, ce nouveau projet autour de la mémoire de l’Aéropostale « est un projet a minima ».

En revanche, pour d’autres passionnés, « on a jamais été aussi près de quelque chose ». « Mais il faut bien que ce projet se différencie de celui d’Aéroscopia, séparer le monde de l’aviation et celui des constructeurs d’avions. J’espère que l’on montrera ce que l’on faisait à l’époque, ce que l’on fait aujourd’hui et ce que l’on fera demain », indique Gérard Hardy de l’association Toulouse Montaudran Mémoire d’Avenir, qui s’est battu depuis plus d’une décennie pour préserver le site.