Latifa Ibn Ziaten, la mère d'une victime de Merah, récompensée à Washington pour son courage

SOCIETE La mère de la première victime de Mohamed Merah fait partie des quatorze « femmes courageuses » honorées à Washington mardi. Elle écume les quartiers pour lutter contre la radicalisation des jeunes…

H.M. avec AFP

— 

Latifa Ibn Ziaten et John Kerry lors d ela cérémonie honorant 14 femmes courageuses le mardi 29 mars 2016 à Washington
Latifa Ibn Ziaten et John Kerry lors d ela cérémonie honorant 14 femmes courageuses le mardi 29 mars 2016 à Washington — AFP

Depuis la mort de son fils Imad, froidement exécuté par Mohamed Merah le 11 mars 2012, Latifa Ibn Ziaten arpente en toute humilité les quartiers de l’Hexagone à la rencontre des jeunes qui pourraient être tentés par la radicalisation. Sa croisade pour le dialogue interreligieux est désormais saluée jusqu’à Washington où Latifa Ibn Ziaten a reçu mardi, avec 13 autres militantes engagées de sa trempe, le prix des « Femmes courageuses ».

La récompense lui a été remise par John Kerry en personne, le secrétaire d’Etat américain aux Affaires étrangères.

« Sauver ceux qui sont à l’origine de ma souffrance »

Lors de la cérémonie, le diplomate a rappelé les mots prononcés par Latifa Ibn Ziaten pour expliquer sa démarche : « Je voudrais sauver ceux qui sont à l’origine de ma souffrance ». Elle le fait inlassablement à travers l’association Imad Ibn Ziaten pour la jeunesse et pour la paix.

>> A lire aussi : Quatre ans après la mort de son fils, Latifa Ibn Ziaten poursuit sa croisade contre les extrémismes

Imad Ibn Ziaten, un militaire de carrière, a été la première victime du tueur au scooter. Entre le 11 et 19 mars 2012, Mohamed Merah a assassiné sept personnes, dont trois enfants, à Toulouse et Montauban avant d’être abattu par le Raid le 22 mars 2012. Il a été le premier d’une longue liste de jeunes radicalisés qui partent s’entraîner à l’étranger et reviennent commettre des attaques terroristes sur le sol français.