VIDEO. Ariège: Ferrières et ses 950 habitants accueillent des championnats de France d'arts martiaux

ARTS MARTIAUX Le village de Ferrières-sur-Ariège organise samedi et dimanche les championnats de France de ju-jitsu, art martial remontant au Japon des samouraïs…

Nicolas Stival

— 

Le jujitsu est une méthode de défense fondée sur le contrôle de soi et de l’adversaire.
Le jujitsu est une méthode de défense fondée sur le contrôle de soi et de l’adversaire. — S.Bonnet/FFJDA

Samedi et dimanche, Ferrières-sur-Ariège pourrait voir sa population doubler. Le village de 946 habitants (chiffre de 2014) accueille les championnats de France de ju-jitsu et ne-waza dans sa salle omnisports, qui peut abriter 700 spectateurs. Selon la Fédération française de judo, à laquelle cette méthode de défense fondée sur le contrôle de soi et de l’adversaire est rattachée, près de 300 jujitsukas sont attendus, dont les champions du monde Percy Kunsa et Eva Bisseni.

Après Châtellerault en 2014 et Epinal en 2015, le choix de Ferrières, commune limitrophe de Foix, peut surprendre. « On a des grands champions dans l’Ariège, comme Laurent Bonzom, précise Nathalie Mayoral, sociétaire du Dojo fuxéen 09 (220 adhérents). A Foix, nous avons aussi de très bons jeunes. René Mabit, professeur de judo et jiu-jitsu, s’est dit qu’il ne fallait pas laisser passer l’opportunité d’organiser un tel événement. »

Une livraison de six tonnes de tatamis

Nathalie Mayoral fait partie de la quinzaine de bénévoles du club qui s’activent pour garantir la réussite de ces championnats. « A Foix, la salle n’était pas adaptée alors que celle de Ferrières, qui fait 1.000 m2, l’est, reprend-elle. Jeudi matin, six tonnes de tatamis sont arrivées. »

Après les pesées vendredi soir, les épreuves de jujitsu combat et expression technique auront lieu le samedi. Dans le premier cas, il s’agit de combat pieds poings et projections pour amener l’adversaire au sol, afin de l’immobiliser par des étranglements ou des clefs.

Entrée gratuite

Une technique développée par les samouraïs du Japon médiéval, lorsqu’ils se retrouvaient désarmés. L’expression technique consiste à défendre sur des attaques prédéterminées, par équipes de deux.

Dimanche, ce sera au tour du ne-waza : un combat au sol de six minutes avec enchaînement d’un maximum de prises, d’étranglements et de clefs. Art martial basé sur la défense, le ju-jitsu « traditionnel » (à ne pas confondre avec le ju-jitsu brésilien) n’en reste pas moins spectaculaire. Il est possible de s’en rendre compte pendant deux jours, à Ferrières-sur-Ariège, de 9 heures à 17 heures. De plus, l’entrée est gratuite…