Mort de Rémi Fraisse: Le gendarme qui a lancé la grenade placé sous statut de témoin assisté

JUSTICE Entendu par les juges dans le cadre de la mort de Rémi Fraisse, le gendarme, auteur du tir de grenade mortelle, a été placé sous statut de témoin assisté…

B.C. avec AFP

— 

Un gendarme sur le site du barrage de Sivens, dans le Tarn, le 6 mars 2015.
Un gendarme sur le site du barrage de Sivens, dans le Tarn, le 6 mars 2015. — Balint Porneczi/AP/SIPA

Il n’y a toujours personne dans le box des accusés pour répondre de la mort de Rémi Fraisse, ce jeune militant écologiste tué le 26 octobre 2014 sur le site de Sivens, dans le Tarn.

Le maréchal des logis chef J.,le gendarme qui a lancé la grenade mortelle, a été entendu ce vendredi matin durant trois heures par les juges d’instruction dans le cadre de l’information judiciaire ouverte pour « violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner » qui a été requalifiée ce vendredi en « homicide involontaire ».

Non-lieu demandé par son avocat

Selon son défenseur, Maître Jean Tamalet, il a été placé sous le statut de témoin assisté. Il ne peut donc pas, pour l’heure, être renvoyé devant un tribunal. « C’est un signal fort. La suite logique c’est qu’il bénéficie d’un non-lieu », a indiqué l’avocat du militaire

L’enquête menée par l’Inspection générale de la gendarmerie nationale (IGGN) avait conclu qu’il avait « démontré sa volonté d’éviter de blesser un manifestant en prenant la précaution d’utiliser une paire de jumelles pour vérifier si personne ne se trouvait dans la zone »