Rémi Fraisse: Le gendarme qui a lancé la grenade mortelle convoqué par les juges

JUSTICE Le gendarme à l’origine du jet de grenade qui a tué le jeune Rémi Fraisse sur le site de Sivens est attendu ce vendredi dans le bureau des juges toulousains…

H.M. avec AFP

— 

Sur le site du projet de barrage de Sivens, un hommage à Rémi Fraisse.
Sur le site du projet de barrage de Sivens, un hommage à Rémi Fraisse. — F. Scheiber / SIPA

Il a déjà été placé en garde à vue début 2015 et en est ressorti libre. Le gendarme lanceur de la grenade qui a tué Rémi Fraisse le 26 octobre 2014 sur le site de Sivens est à nouveau convoqué ce vendredi matin chez les juges chargés du dossier.

Blanchi par la Gendarmerie

L’enquête judiciaire porte sur des « violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner ». L’autre enquête, celle menée par l’Inspection générale de la gendarmerie nationale (IGGN), avait blanchi le militaire. Le rapport avait conclu qu’il avait « démontré sa volonté d’éviter de blesser un manifestant en prenant la précaution d’utiliser une paire de jumelles pour vérifier si personne ne se trouvait dans la zone ».

>> A lire aussi: Rémi Fraisse, un passionné de botanique non violent

Rémi Fraisse, jeune militant écologiste originaire de la banlieue toulousaine, avait 21 ans. La nuit de sa mort, il manifestait sur le site du barrage tarnais de Sivens, un projet de retenue d’eau très contesté.

Depuis sa mort, le projet de barrage initial a été abandonné au profit d’un ouvrage plus petit. Et le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, a interdit l’utilisation des grenades offensives.