Toulouse: Trois choses à savoir sur l'édition celtique de Rio Loco

CULTURE Ambiance fest-noz et cornemuse. Du 15 au 19 juin, le Festival Rio Loco fera la part belle aux musiques celtiques…

Helene Menal

— 

Le site de la Prairie des Filtres. Archives.
Le site de la Prairie des Filtres. Archives. — FRED SCHEIBER / 20 MINUTES

Rio Loco  débarque à partir de ce mercredi sur les berges de la Garonne. Avec des effluves de cervoise et kouign-amann cette année puisque le festival est consacré aux « Mondes Celtes », de la Bretagne à l’Irlande, en passant par les Cornouailles ou encore l’Ile de Man. Ce qu’il faut savoir sur le grand pub qui s’annonce sur la Prairie des Filtres.

Des valeurs sûres

Du chant traditionnel, du hip-hop expérimental, du folk tribal, la découverte est la marque de fabrique du festival qui veille toutefois à muscler ses soirées avec des valeurs sûres. Cette année ce sera Miossec, incontournable vu le thème, mais aussi Patrick Molard le célèbre et bretonnant sonneur de cornemuse.

Et puis il y a The Chieftains, le groupe mythique qui rivalise avec la Guinness au panthéon irlandais. Ces vénérables musiciens, qui sont un peu à la musique celtique ce que le Buena vista social club est à la musique cubaine, se produiront pour la première fois dans l’Hexagone depuis 2012. Et il paraît que la renommée de la gastronomie locale a joué son rôle dans l’événement.

Tout un glossaire à digérer

En fait la cornemuse, c’est has been. Il faut plutôt parler de uilleann pipe. Quant au bodhrán, le tambourin irlandais, sachez qu’il est tendu en peau de chèvre. Pour le fiddle, le violon, vous pouvez peut-être demander à vos enfants. Dans le cadre de la Valise Rio Loco, 200 classes ont révisé leur monde celtique. Notamment avec le concours de Doolin', le plus irlandais des groupes toulousains qui se produira lors du deuxième soir.

Doolin', le plus irlandais des groupes toulousains.
Doolin', le plus irlandais des groupes toulousains. - S. Gicquel

Quelques changements

Pour la première fois cette année, Rio Loco va vous rendre schizophrène. Quand d’habitude les concerts se succèdent entre la Scène village et celle du Pont-Neuf, là, il va y avoir des chevauchements. Et donc des choix cornéliens.

Il y a aussi du changement côté billetterie, et pas dans le bon sens. Le prix pour une soirée (au tarif normal) passe de six à dix euros, et le pass intégral de 20 à 30 euros.