TFC: Ali Ahamada «était un peu la tête de Turc», déplore le sélectionneur des Comores

FOOTBALL Ali Ahamada renaît à Kayserispor, en Turquie. L’ancien gardien toulousain s’apprête à fêter sa première sélection avec l’équipe des Comores, entraînée par Amir Abdou…

Nicolas Stival

— 

Le gardien Ali Ahamada arrête un tir au but lors de TFC - Auxerre, en Coupe de la Ligue, le 28 octobre 2015 à Toulouse.
Le gardien Ali Ahamada arrête un tir au but lors de TFC - Auxerre, en Coupe de la Ligue, le 28 octobre 2015 à Toulouse. — P. Pavani / AFP

Cela fait deux ans que les Comores rêvaient d’Ali Ahamada. Après avoir beaucoup hésité, l’ancien gardien du TFC, désormais à Kayserispor en Turquie, a dit oui au pays d’origine de ses parents et à son sélectionneur Amir Abdou.

Le portier de 24 ans figure ce mardi dans la liste des 23 Cœlacanthes, le surnom des joueurs de l’équipe nationale, convoqués pour le double rendez-vous face au Botswana, les 24 et 27 mars, lors des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) 2017.

« Kayserispor est très content de sa venue, il fait de très, très bonnes prestations, souligne Amir Abdou. L’équipe vient de perdre contre Fenerbahçe (1-0, dimanche), mais Ali a arrêté un penalty de Van Persie. Il est complètement métamorphosé par rapport à Toulouse. » Après 133 matchs de Ligue 1 et un but marqué, entrecoupés de période de disgrâce, Ahamada a rejoint l’actuel 15e du championnat turc en janvier.

« Je l’ai souvent au téléphone et je sens que c’est un autre garçon, reprend son sélectionneur. Avant, ce n’était pas le moment pour lui de nous rejoindre. Il a connu une période très difficile en France. C’était un peu la tête de Turc. Les médias ont été très virulents contre lui. »

Capable de grands exploits mais aussi d’énormes erreurs, Ahamada a souvent été moqué sur les réseaux sociaux ou à la télévision, notamment dans les chroniques de Julien Cazarre pour l’émission J+1 sur Canal +.

Djamel Bakar répond aussi à l’appel des Cœlacanthes

Loin de ce tumulte, l’ancien international Espoirs français semble renaître, malgré les mauvais résultats de Kayserispor (quatre défaites et un nul depuis son arrivée). Ahamada va donc fêter sa première cape avec les Comores, comme d’ailleurs un autre ancien Bleuet, l’attaquant de Montpellier Djamel Bakar.

Après deux revers initiaux, les Cœlacanthes ne sont pas en position de force pour espérer participer à la CAN 2017 au Gabon, dans un groupe D des éliminatoires qui comprend aussi le Bostwana, l’Ouganda et le Burkina Faso.

Classées 173e nation mondiale (sur 204) par la FIFA, les Comores comptent toutefois sur Ahamada pour grimper dans la hiérarchie. « Dans les qualifications de la CAN, il y a très peu de gardiens qui jouent au très haut niveau, relève Amir Abdou. De plus Ali est encore jeune. L’avoir avec nous, c’est un luxe. »