Toulouse: Météo France se dote de lasers pour traquer les nuages de cendres volcaniques

AERONAUTIQUE Météo France met en service six nouveaux « radars » chargés de détecter avec précision les nuages de cendres en cas de nouvelles éruptions volcaniques..

Hélène Ménal

— 

L'Etna, ici en 2015, mais aussi le Vésuve ou le Stromboli font partie d ela zone de surveillance confiée à Météo France.
L'Etna, ici en 2015, mais aussi le Vésuve ou le Stromboli font partie d ela zone de surveillance confiée à Météo France. — G. Torre - Solent News - Sipa

En avril 2010, le réveil du volcan islandais Eyjafjöll paralysait les trois quarts de l’espace aérien européen et causait 1,2 milliard d’euros de pertes économiques. Basé sur une simulation de dispersion anglaise, le principe de précaution avait prévalu mais les conséquences auraient pu être moins lourdes si les autorités aériennes avaient eu une connaissance plus fine de ces redoutables nuages de cendres. De véritables poisons pour les réacteurs des avions qui souvent avancent bien noirs avec leurs gros sabots mais peuvent aussi parfois être invisibles.

Le rayon vert

A Toulouse, le Centre conseil sur les cendres volcaniques (VAAC) de Météo France est donc sur la brèche 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, surveillant l’Europe, l’Afrique et le Proche-Orient. Pour traquer les nuages de cendres, il utilise son propre modèle de dispersion mais aussi des données satellitaires qui manquent de précision en termes d’épaisseur des nuages.

>> A lire aussi : VIDEO. Un spectaculaire «orage volcanique» lors d'une éruption de l'Etna

L'un des six Lidars mis en service par Météo France pour détecter les aérosols de l'atmosphère.

Pour pallier cette incertitude, le VAAC a dévoilé mardi sa dernière acquisition, unique en Europe : six « renifleurs » de cendres, et d’aérosols en général, ultra-sophistiqués. Six « Lidars », des boîtiers bardés d’informatique dont les lasers émettent un faisceau de lumière verte (uniquement visible en cas de brume) jusqu’à 15 kilomètres d’altitude.

Répartis dans toute la France

En fonction de la façon dont les particules réfractent la lumière, la VAAC peut déterminer s’il s’agit d’un nuage de pluie, de pollution ou donc de cendres et son altitude exacte. Cinq de ces Lidars vont être déployés dans l’Hexagone, dont le premier la semaine prochaine à Lille. Le sixième, mobile, reste à Toulouse pour les cas d’urgence.

>> A lire aussi : Après l'Eyjafjöll et le Grimsvötn, d'autres volcans islandais menacent

« Météo France va désormais nous fournir des informations précises et précieuses qui nous permettront de maintenir une partie de l’espace aérien ou des aéroports ouverts », estime Philippe Ayoun de la direction de la sécurité de l’Aviation civile sud. Il espère avoir à faire appel à ce service le plus tard possible. Mais selon les volcanologues, l’histoire se répétera.