L'hôtel de Région, à Toulouse
L'hôtel de Région, à Toulouse — A. GELEBART / 20 MINUTES

LANGUEDOC-ROUSSILLON/MIDI-PYRENEES

Toulouse et Montpellier : Vous voterez à partir du 15 avril pour le nom de la nouvelle région

La consultation citoyenne pour déterminer le nom de la nouvelle région débutera à la mi-avril sur la base d’une liste de propositions émanant d’un comité des sages…

Marre de ce nom à rallonge ? Plus que quelques mois de patience et la très prosaïque appellation« Languedoc-Roussillon/Midi-Pyrénées » passera à la trappe. Réunie ce vendredi, la première commission permanente du Conseil régional a débroussaillé ce dossier complexe et primordial du « naming », dont on connaît désormais le calendrier et la philosophie.

>> A lire aussi : Nord-Pas-de-Calais-Picardie: C'est déjà plié pour le nouveau nom de la région

Sans surprise, et comme annoncé par la présidente Carole Delga (PS), le mot de la fin appartiendra aux habitants à travers une « consultation citoyenne » qui devrait commencer à la mi-avril pour s’achever « au début du mois de juin ».

Les lycéens devraient voter

Mais avant cela, un genre de comité des sages va déblayer le terrain. Baptisé opportunément « Comité du nom de la Région », il sera constitué d’une trentaine de personnalités de la société civile représentatives de tout le territoire. France 3 Midi-Pyrénées croit savoir qu’il comportera des sportifs et sera présidé par Martin Malvy, l’ex-président socialiste de Midi-Pyrénées, ce que l’exécutif ne confirme pas à ce stade. Quoi qu’il en soit, le comité devra être opérationnel dès la semaine prochaine et établir pour le 15 avril une liste de noms possibles. Le comité restera ouvert aux suggestions des anonymes qui pourront poster des propositions via le site du Conseil régional.

C’est sur la base de cette liste que les habitants seront amenés à s’exprimer. Par voie électronique mais aussi à travers des bulletins de vote à découper dans le magazine de la région et dans la presse quotidienne régionale.

Si l’idée de donner le droit de vote aux lycéens est quasi acquise, il reste encore à peaufiner le corps électoral et les moyens de contrôle pour éviter que des lobbies ne faussent le scrutin. Ces incertitudes et ce dispositif à deux étages, s’attirent d’ores et déjà les foudres de l’opposition. L’élue LR Elisabeth Pouchelon parle d’une « usine à gaz » et demande un chiffrage du coût.

Fin du suspense le 24 juin

Normalement, le 24 juin, une semaine avant la date butoir fixée par le gouvernement, l’assemblée régionale avalisera la consultation citoyenne et votera LE nom de baptême de la région.

Ultime étape, une fois le processus local achevé, le Conseil d’Etat officialisera la nouvelle appellation par décret.