Toulouse: Etudiants et habitants se retrouvent pour jardiner le même potager

BIODIVERSITE Un jardin partagé, ouvert aux étudiants et aux habitants du quartier, est en cours de création sur le campus de Rangueil…

Béatrice Colin

— 

Illustration jardin partagé.
Illustration jardin partagé. — FRED SCHEIBER/20MINUTES

Sur le campus de Rangueil, on peut étudier, faire ses courses, mais aussi jardiner. Après le potager de l’association étudiante Veracruz, un nouveau jardin partagé est en train de voir le jour sur le territoire de l’Université Paul-Sabatier, à quelques encablures de la station de métro Faculté de pharmacie.
 

Implanté sur un terrain de 4.000 m2 coincé entres les tripodes C et B, deux résidences universitaires, ce jardin Mini M, qui se trouve à côté de la supérette du même nom, a plusieurs vocations.

« Il est intégré à un projet innovant autour de la sociabilisation des étudiants. Il doit permettre d’assurer une mixité avec les habitants du quartier, d’ouvrir le campus et de fédérer », avance Jane Lugan, directrice au Crous du campus Toulouse sud-est. En plus de leur permettre de biner un petit lopin de terre et de manger des légumes qu’ils ont eux-mêmes fait pousser. Une demande qui revient régulièrement dans les résidences universitaires.

Jardiniers accompagnés

Pour monter ce projet-là, réalisé en partenariat avec la Ville de Toulouse, le Crous a fait appel à Partageons les jardins. Cette association accompagne les cultivateurs en herbe, les aide à gérer cet espace, à choisir les espèces à planter ou à fabriquer les jardinières lors d’ateliers bricolage comme ce jeudi.

« Il existe aussi des jardins partagés sur les campus du Mirail ou de l’UT1, là, l’intérêt est d’associer étudiants et habitants, car en avril il y a les examens et les universités sont désertées durant l’été. Notre priorité est de créer du lien, comme cela se passe dans les jardins créés en pied d’immeuble par les bailleurs sociaux, mais aussi par les promoteurs immobiliers qui commencent à les intégrer et réservent des espaces », éclaire Alice Thouvenin, cofondatrice de Partageons les Jardins.

Des jardins pour créer du lien entre voisins

Pour cette spécialiste, planter des poireaux et des courges est souvent un prétexte pour rencontrer ses voisins de palier.

Mercredi après-matin, elle a construit des bacs avec une dizaine d’habitants de la résidence Les Violettes, gérée parle bailleur social Patrimoine SA Languedocienne. Parmi eux, Isabelle, emballée par l’idée d’avoir autre chose en commun avec ses voisins. « Et puis avoir un jardin, ce n’est pas facile dans Toulouse. Là, nous allons installer des bacs sur une dalle, nous allons y mettre des légumes, des plantes grimpantes et des arbres fruitiers. Quand on commencera à jardiner, cela va attirer les gens », explique cette résidente.

Il existe une centaine de jardins familiaux et partagés sur la grande agglomération toulousaine.La Ville de Toulouse en gère onze via ses centres sociaux et projette d’en construire trois nouveaux d’ici peu.

>> La carte des jardins collectifs élaborée par Partageons les jardins