Lors d'une manifestation d'avocats à Toulouse.
Lors d'une manifestation d'avocats à Toulouse. — F. Scheiber / SIPA

JUSTICE

Des avocats gazés lors d'une manifestation visés par une plainte de policiers

Deux avocats, qui ont porté plainte pour « violences policières » en marge d’une manifestation contre la réforme de l’aide juridictionnelle, sont convoqués ce lundi par l'IGPN…

En octobre dernier, les avocats de la France entière étaient dans la rue pour manifester contre la réforme de l’Aide juridictionnelle. A Toulouse, cette manifestation avait mal tourné, la police faisant usage de bombes lacrymogènes contre les robes noires. Seize membres du barreau avaient alors décidé de porter plainte pour « violences policières ».

>> A lire aussi : Toulouse: Accrochages entre avocats et forces de l'ordre devant le Palais de justice

« Manœuvres d’intimidation » pour le barreau

Deux d’entre eux sont convoqués ce lundi matin au commissariat de Toulouse pour être entendus par l’Inspection générale de la police nationale (IGPN), non pas en qualité de plaignants, mais d’accusés. Ils font en effet l’objet d’une plainte déposée par les policiers pour « rébellion et dénonciation calomnieuse ».

Ils ont reçu le soutien de l’ordre des avocats et de la bâtonnière, Anne Fauré, pour qui « il est plus que malsain que le service chargé d’enquêter sur les violences policières commises en octobre, soit en charge de la mise en cause des victimes. Au surplus, les infractions reprochées apparaissent comme de véritables manœuvres d’intimidation à l’encontre de deux victimes qui ont reconnu formellement les policiers auteurs des violences ».

Pour l’un des deux avocats convoqués ce lundi et qui sera soutenu par ses collègues et le Syndicat des avocats de France, « en janvier, lorsque nous avons été entendus par l’IGPN sur les violences policières, cette plainte n’a jamais été évoquée ». Et de s’interroger sur une dénonciation calomnieuse « alors que l’enquête est toujours en cours ». Pour les syndicats policiers, « nul n’est au-dessus des lois ».