USA 2016: Les Américains de Toulouse aux urnes pour la primaire démocrate

SOCIETE Les démocrates américains de la Ville rose pourront participer à la primaire interne de leur parti, vendredi lors d’une journée de vote…

Béatrice Colin

— 

Lors d'une élection aux USA.
Lors d'une élection aux USA. — Karen Warren / AP / SIPA

Alors que des milliers d'Américains se rendent aux urnes ce mardi pour départager les candidats des deux principaux partis politiques lors de la présidentielle de novembre, les démocrates expatriés à Toulouse s’apprêtent eux aussi à désigner leur candidat favori.

Un Super Friday, version toulousaine

Les membres du Democrats Abroad France, la branche officielle du parti d’Hillary Clinton et de Bernie Sanders, pourront participer physiquement ce vendredi à la primaire en glissant leur bulletin de vote dans une urne installée à l’Université fédérale de Toulouse, sur les allées Jules-Guesde, de 9h à 19h. En somme, un Super Friday pour les ressortissants de la Ville rose.

« Ils pourront s’inscrire le jour même sur place, sinon, tous les expatriés peuvent voter à distance jusqu’au 8 mars en envoyant leur bulletin via democratsabroad.org », explique Gina Granelli, la porte-parole locale du parti.

En 2012, un bureau de vote avait ainsi été installé dans les locaux de Toulouse Business School où près de 50 démocrates étaient allés glisser leur bulletin pour Barack Obama, le sortant ayant peu de challengers dans son propre camp.

« Rendre les expatriés visibles »

Un moyen pour les 4.500 à 5.000 ressortissants des Etats-Unis installés en Midi-Pyrénées de participer à un moment important de la vie citoyenne de leur pays. Et d’avoir des délégués pour défendre leurs voix lors des conventions des différents partis.

>> A lire aussi : Présidentielle américaine: Caucus, Super Tuesday... Tout comprendre aux primaires

« Certains expatriés décident de voter dans leurs Etats d’origine pour cette primaire. Mais nous les encourageons à le faire en France car cela nous rend plus visibles. Nous avons notre regard, nos préoccupations, nos soucis. Par exemple, nous sommes démocrates mais nous avons des désaccords, comme cette décision prise par les législateurs contre l'évasion fiscale (FATCA) qui nous complique la vie pour avoir un compte en banque en France », relève Gina Granelli.