Tarbes: Des agriculteurs en colère inondent la préfecture de mousse

CRISE AGRICOLE Des agriculteurs ont déversé, entre autres, de la mousse devant la Direction départementale des territoires et la préfecture, mardi matin à Tarbes…

N.S. avec AFP
— 
Illustration tracteurs.
Illustration tracteurs. — THANASSIS STAVRAKIS/AP/SIPA

Plus d’une centaine d’agriculteurs ont mené deux opérations spectaculaires, ce mardi matin à Tarbes. Ils ont déversé d’énormes quantités de mousse devant les locaux de la Direction départementale des territoires (DDT) des Hautes-Pyrénées, avant de récidiver à la préfecture.

Action mousse fumier et lisier des #agriculteurs à #Tarbes ce mardi matin pic.twitter.com/lEmRp1Nyix
— Benjamin Peter (@BenjaminPeter) February 23, 2016

Par ce mouvement, les manifestants veulent dénoncer « le carcan administratif et réglementaire » ainsi que « les prix bas » qui « empêchent le monde agricole, dans toutes les filières de travailler », a expliqué Sylvain Andrieux, président des Jeunes Agriculteurs du département (JA 65).

>> Lire aussi : Visite des éleveurs au domicile de Stéphane Le Foll : « Pourquoi vous m’emmerdez un dimanche alors que je suis en famille ? »

Coorganisée par la FDSEA 65, cette opération a réuni de 200 à 250 agriculteurs et 50 tracteurs selon les syndicats, 180 agriculteurs et 30 tracteurs selon la préfecture. JA et FDSEA 65 réclament une « simplification des procédures, des règles utiles, justifiées et efficaces, pas des boulets aux pieds coûteux et incohérents. »

Matinée mousse à la préfecture de Tarbes #agriculteurs #manifestation pic.twitter.com/F3jezs0m4y
— Romain Ripoteau (@RomRipoteau) February 23, 2016

De la « mousse biodégradable »

Ils demandent aussi « un revenu pour les agriculteurs » car il est « insoutenable de vendre à perte éternellement ». Les manifestants ont déversé de la « mousse biodégradable », ainsi que des déchets agricoles et des pneus devant la préfecture, pour « montrer aux agents des deux organismes de l’État comment parfois il pouvait être difficile d’aller travailler », a expliqué Sylvain Andrieux, des JA 65.