Toulouse: Le Théâtre et l'Orchestre du Capitole mettent en scène leurs coulisses

CULTURE Une exposition au Bazacle présente jusqu’au 15 mai le savoir-faire des équipes du Théâtre et de l’Orchestre du Capitole…

Beatrice Colin

— 

L'exposition Lancer le diaporama
L'exposition — B. Colin / 20 Minutes

Tutus, perruques, instruments, décors. Les coulisses du Théâtre et de l’Orchestre du Capitole sont mises en scène jusqu’au 15 mai à l’Espace EDF Bazacle lors de l’exposition « Costumes en scène ».

« Au moment où on se rend au Théâtre pour voir un ballet, on ne se rend pas compte de tout le travail réalisé en amont pour obtenir ce résultat. Et c’est là l’objet de cette exposition qui met en lumière les métiers qui œuvrent au quotidien pour cette prestigieuse maison », explique Marie Déqué, élue en charge de la musique classique.

 

Au fil de l’exposition, le visiteur déambule dans les souvenirs du Théâtre, bâti sur la place du Capitole en 1736, sur le lieu même où Molière donna un jour une représentation. Du grand incendie de 1917 aux prestations lyriques de Pierre Nougaro, le père du chanteur du célèbre Ô Toulouse, une partie de l’histoire de ce lieu emblématique est retracée.

17.000 costumes en stock

On y apprend aussi beaucoup sur la création des décors et des costumes, réalisés en interne par des petites mains. Comme le fait qu’il faille une semaine entière pour réaliser une perruque, ou le poil de yack remplace parfois les vrais cheveux, ou encore que le stock de costumes est constitué de près de 17.000 pièces, dont les plus anciens datent du XVIIe siècle.

« Ce sont des pièces de grande valeur, que l’on peut décider de réajuster avec l’accord du costumier mais que l’on ne ressort pas pour d’autres spectacles que celui pour lequel elles ont été créées », explique Valérie Mazarguil, commissaire en charge de l’exposition, ouverte à tous et gratuite. Cette dernière espère que grâce à cette exposition elle donnera envie au grand public de franchir les portes du Théâtre ou de la Halle aux Grains. « Aller voir un ballet ou écouter un concert de musique classique, ce n’est pas plus compliqué que d’aller voir un match de foot », plaide celle qui est aussi chargée d’actions culturelles et éducatives au Capitole de Toulouse.