Disparition de Jean Diébold

Béatrice Colin - ©2007 20 minutes

— 

Le deuxième adjoint au maire de Toulouse, Jean Diébold, est décédé hier matin à l'hôpital Rangueil, à l'âge de 68 ans. Fin juillet, il avait été victime d'un accident cardiaque alors qu'il faisait du vélo et les médecins avaient dû le plonger dans un coma artificiel. Député à plusieurs reprises de la 4e circonscription de Haute-Garonne, cette figure de la droite locale avait perdu son mandat en juin dernier, après une campagne qui l'avait épuisé, selon des élus proches.

Ingénieur aérospatial, il était entré au conseil municipal en même temps que Dominique Baudis, en 1983. Vice-président de l'UMP 31, ancien conseiller général, il était le maire de quartier de Saint-Cyprien, son fief électoral. « Je garderai de lui le souvenir d'un homme courageux et droit, d'un homme qui a toujours défendu ses idéaux, un élu passionné et volontaire, attentif et proche de la population, notamment dans les quartiers qu'il animait », a réagi Philippe Douste-Blazy, président du Grand Toulouse, où Jean Diébold était en charge de la commission assainissement. « Homme tenace et courageux, il a mené une vie politique intense. Jamais il n'a ménagé ses efforts au service de la collectivité », a souligné le maire de Toulouse, Jean-Luc Moudenc.

hommage Hier plusieurs élus ont rendu hommage à Jean Diébold : le secrétaire départemental de l'UMP Roger Atsarias, Martin Malvy (PS) ou encore Bernard Keller (PRG).