VIDEO. Entre boulettes et exploits... Les cinq plus grands moments d'Ali Ahamada au TFC

FOOTBALL Ali Ahamada s'est engagé mardi avec Kayserispor, en Turquie. Pendant près de cinq ans, le gardien a alterné le pire et le meilleur dans les buts toulousains…

Nicolas Stival

— 

Le gardien du TFC Ali Ahamada lors du match de Ligue 1 contre Guingamp, le 20 décembre 2014 au Stadium de Toulouse.
Le gardien du TFC Ali Ahamada lors du match de Ligue 1 contre Guingamp, le 20 décembre 2014 au Stadium de Toulouse. — F. Lancelot / Sipa

Cette fois, c’est officiel. Après des semaines de négociations, Ali Ahamada (24 ans) rejoint Kayserispor, actuel treizième du championnat turc, jusqu’en juin 2018. Le désormais ancien gardien du TFC laissera une trace indélébile à Toulouse. Pour ses exploits, parfois. Pour ses erreurs spectaculaires, souvent.

>> A lire aussi : C’est officiel, Ali Ahamada rejoint la Turquie et Kayserispor

Raillé sur les réseaux sociaux, tête de turc du chroniqueur Julien Cazarre dans l’émission J + 1 sur Canal +, Ahamada était aussi très apprécié par de nombreux supporters violets pour sa simplicité et son côté abordable. Séquence nostalgie.

1. Le but inscrit contre Rennes (25 août 2012)

On joue les derniers instants contre Rennes, au Stadium, et le TFC est mené 1-2. Monté pour un coup franc de la dernière chance, Ali Ahamada bat son homologue Costil de la tête. Le premier but inscrit par un gardien en L1 depuis Wimbée, en 1996. Tout semble alors réussir au jeune portier de 21 ans, qui sort d’une première saison complète aboutie, derrière la meilleure défense de l’élite.

2. La boulette face à Romain Alessandrini, toujours contre Rennes (10 février 2013)

Match retour, en Bretagne. Ahamada n’est pas très serein, mais le TFC tient le 0-0 jusqu'à la 79e minute. Costil tape un long coup franc dévié de la tête par Féret. Le gardien toulousain glisse un peu, semble s’emparer du ballon anodin mais le relâche. Alessandrini a suivi et ouvre la marque. Erding pliera le match cinq minutes plus tard (2-0).

3. Le cauchemar, encore face à Rennes (25 octobre 2013)

Encore et toujours Rennes. Cette fois, le TFC sombre corps et biens face aux Bretons de Philippe Montanier (0-5). Ahamada est fautif à des degrés divers sur les cinq buts, entre sorties approximatives, ballons mal repoussés et mésentente avec ses défenseurs. Cette rencontre fera beaucoup pour sa (mauvaise) réputation.

4. La sortie fantôme à Nantes (25 avril 2015)

En concurrence avec Boucher, Ahamada a repris le dessus sur son concurrent après le remplacement de l’entraîneur Alain Casanova par Dominique Arribagé. A Nantes, le Franco-Comorien réalise une bonne prestation jusqu’à cette fatale 88e minute, lorsqu’il sort de manière inexplicable sur un corner de Rongier. Au second poteau, Bedoya ajuste une tête victorieuse. A la lutte pour le maintien, le TFC, qui menait alors 0-1, perd deux points précieux. Mais il réussira à sauver sa tête dans l’élite.

5. La séance de tirs au but en apesanteur contre Auxerre (28 octobre 2015)

Relégué sur le banc, puis relancé en raison des bévues de Mauro Goicoechea, Ahamada s’illustre dans l’un de ses exercices favoris : les penalties. Contre Auxerre, en 16es de finale de Coupe de la Ligue, il détourne trois tirs au but bourguignons et permet au TFC de se qualifier. L’Histoire retiendra qu’Ali Ahamada a joué son dernier match avec Toulouse dans cette compétition, le 13 janvier, lors d’un quart de finale remporté face à Marseille (2-1, a. p.).