«Top Chef»: Eliminé, le baroudeur Clément a «appris beaucoup» sur lui-même

TELEVISION Cuisinier à Toulouse, Clément Torres était l'un des seize candidats en lice pour le lancemant de la saison 7 de «Top Chef», lundi, sur M6...

Marion Billy et Béatrice Colin

— 

Clément Torres, le candidat toulousain de l'édition 2016 Top Chef.
Clément Torres, le candidat toulousain de l'édition 2016 Top Chef. — Pierre Olivier / M6

Michel Sarran est désormais le seul Toulousain encore présent dans la septième saison de Top Chef, sur M6Mais pour le chef étoilé, c’est facile : il est du côté du jury. Clément Torres, en revanche, figurait parmi les seize candidats, prêts à succéder à Xavier Koenig, le vainqueur de la précédente édition, que l’on a découvert dans la première émission du cru 2016, ce lundiHélas, le couperet est tombé : il figure parmi les trois premiers éliminés du concours. Pour pallier ce passage rapide sur M6, 20 Minutes vous le présente de manière plus détaillée.

 

 

Originaire de l’Hérault, ce jeune chef de 30 ans a officié durant un an Au Temps passé, à Pibrac, avant d’atterrir il y a six mois derrière les fourneaux d’un restaurant toulousain. Contrairement à d’autres, il n’est pas tombé dans la marmite lorsqu’il était tout petit et il y a encore dix ans il était plus à l’aise sur une planche à voile qu’avec un couteau.

Révélation en Australie

Baroudeur, c’est en Australie qu’est née sa passion pour la cuisine. Engagé comme commis de cuisine à L’Hermitage, un restaurant de Perth dirigé par Didier Blanchard, il a eu une révélation. « La rigueur, l’esprit d’équipe et le fait que cela bouge beaucoup m’ont tout de suite plu. En cuisine on ne s’ennuie pas et, comme l’un de mes soucis est d’avoir vite tendance à me lasser, c’est bien tombé », raconte le trentenaire.

Formé sur le tas, il est toujours à la recherche d’expériences. De retour en France, le moniteur de voile passe son CAP cuisine et fait ses armes aux côtés de plusieurs chefs, notamment Frank Rénimel, le patron du restaurant étoilé En Marge à Aureville.

Il a décidé de candidater « un peu hasard et plus pour la rigolade » à la saison 7 de Top Chef. Son parcours atypique a certainement séduit les chefs qui ont retenu sa candidature et l’ont fait sauter dans le grand bain.

>> Lire aussi : « Top Chef » : Que nous réserve la septième saison ?

Adieu le confort de sa cuisine. « Sur le plateau télé, il y a du stress à cause de la présence des caméras et du jury. Indépendamment du temps qu’on y reste, on apprend techniquement et humainement mais aussi sur soi-même. On est comme une bande de potes », raconte Clément.

Moins expérimenté que les quinze autres concurrents, il a essayé de sortir des sentiers battus pour se démarquer. Mais cela n’a pas suffi et il est passé à côté de l’épreuve sur les tomates farcies. Résultat : il est l’un des trois candidats qui a quitté le concours dès la première émission.

 

« Avoir pu y participer est déjà une grande chance », relativise le jeune chef qui a digéré son élimination depuis le tournage. Car, ce passage sous le feu des projecteurs l’aidera, comme d’autres avant lui, à passer un jour le cap d’ouvrir son propre restaurant.