VIDEO. Coupe de France: Héroïque, le TFC cède encore face au PSG

FOOTBALL Toulouse a perdu mardi au Parc des Princes la deuxième des trois rencontres qui l’opposent au PSG en onze jours…

Nicolas Stival

— 

Les défenseurs du TFC Uros Spajic (à gauche) et Steeve Yago entourent le milieu du PSG Benjamin Stambouli lors du match de Coupe de France au Parc des Princes de Paris, le 19 janvier 2016.
Les défenseurs du TFC Uros Spajic (à gauche) et Steeve Yago entourent le milieu du PSG Benjamin Stambouli lors du match de Coupe de France au Parc des Princes de Paris, le 19 janvier 2016. — M. Bureau / AFP

A quelques centimètres près, François Moubandjé devenait le Lilian Thuram du TFC, mardi soir au Parc des Princes : ce défenseur qui n’a encore jamais marqué et qui claque un doublé décisif, comme le Guadeloupéen avec les Bleus face à la Croatie, en demi-finale du Mondial 1998.

>> A lire aussi : Revivez la très laborieuse qualification du PSG contre Toulouse en Coupe de France…

Mais l’international suisse a « simplement » inscrit un but, superbe, lors de ce 16e de finale de Coupe de France à Paris, après un une-deux avec Adrien Regattin (11e). Et au bout du compte, Toulouse a perdu (2-1)...

Car le portier du PSG Salvatore Sirigu a superbement écarté, du bout des doigts, la frappe en lucarne de Moubandjé qui aurait permis à Toulouse de creuser l’écart en début de seconde période (48e). Puis David Luiz a égalisé (54e), avant que l’inévitable Zlatan Ibrahimovic, entré en jeu, n’expédie le cador du foot national en huitièmes de finale, sur un penalty juste avant les prolongations (89e).

Regattin : « Même en les gênant, ils arrivent encore à gagner »

Encore plus que samedi au Stadium, en Ligue 1 (0-1), le TFC a bousculé Paris mardi dans un duel entre équipes remaniées, et avec l’imprévisible Mauro Goicoechea, plutôt bon cette fois, dans les buts. Mais l’avant-dernier du championnat n’est pas devenu la première formation française à faire chuter la bande à Laurent Blanc cette saison.

« Une nouvelle fois, nous sommes frustrés, a lâché Adrien Regattin au micro d’Eurosport 2. Mais face à une telle équipe, c’est vraiment dur. Même en les gênant, ils arrivent encore à gagner. » Le milieu offensif, très remuant, a failli signer le but de l'année, d'un lob du milieu du terrain, finalement à côté des cages de Sirigu.

Les Violets ont toutefois la fierté de ne pas avoir sombré au Parc, comme lors du match aller de L1, le 7 novembre (5-0). Ils  auront une dernière chance d’accrocher le scalp du PSG, le 27 janvier en demi-finale de la Coupe de la Ligue, toujours dans la capitale. D’ici là, ils joueront en championnat dimanche à Monaco, chez le dauphin des Parisiens, une rencontre bien plus importante pour leur avenir.