Toulouse: Le baptême d'une esplanade en hommage à Guy Novès provoque une levée de bouclier

POLEMIQUE Un collectif d'associations des Sept-Deniers conteste le choix du maire d'accoler le nom de Guy Novès, le sélectionneur de l'équipe de France de rugby, à l'espace JOB, temoin de l'histoire industrielle du quartier...

Hélène Menal
— 
Le Stade Toulousain et son public ont rendu hommage à Guy Novès, l'ancien manager du club, le 7 novembre 2015 au stade Ernest-Wallon.
Le Stade Toulousain et son public ont rendu hommage à Guy Novès, l'ancien manager du club, le 7 novembre 2015 au stade Ernest-Wallon. — P. Pavani / AFP

Ils n’ont rien contre l’emblématique Guy Novès mais ils s’étonnent du mélange des genres. A travers le collectif JOB, des habitants des Sept-Deniers, le quartier berceau du Stade Toulousain, viennent de lancer un « appel citoyen » pour contester le lieu public choisi par le maire pour rendre hommage au célèbre entraîneur.

Un « monument » de trop

Le 8 janvier, Jean-Luc Moudenc (LR) a en effet annoncé avoir opté pour l’Espace JOB et son esplanade. Le bâtiment amiral de l’ancienne papeterie qui a marqué l’histoire industrielle du quartier (et des générations de fumeurs), désormais reconverti en complexe sportif et culturel, s’appellerait donc Espace JOB-Guy Novès.

>> Lire aussi : Guy Novès donne son nom à une esplanade et à un espace culturel

Les signataires de l’appel estiment qu’il y a dans cette association, non concertée, un symbole de trop. « N’y a-t-il pas là le projet d’effacer l’histoire industrielle et sociale de ces dernières décennies pour faire un nouveau baptême, un nouveau récit, chargé de nouveaux symboles ? », s’inquiètent même les associations.

Rebaptiser l’Espace JOB par "Guy Novès", #ConferenceGesticulee c’est effacer la mémoire des luttes sociales des travailleurs de JOB.
— Ch Abramovsky (@ChAbramovsky) January 10, 2016

Un débat dimanche 24 janvier

L’entourage du maire rappelle de son côté que c’est Jean-Luc Moudenc justement qui a mené à bien, lors de son précédent mandat, la requalification du bâtiment JOB. Le Capitole, qui soupçonne une « agitation politique », n’a pas l’intention de revenir sur sa décision.

Les « anti-baptême » appellent donc les Toulousains à entrer dans la mêlée dimanche 24 janvier (à 10h30) pour un débat dans ce qui s’appelle encore pour quelques mois l’Espace JOB tout court.