Toulouse: La fédération socialiste de Haute-Garonne contre la déchéance de nationalité

POLITIQUE Après des élus socialistes, c’est au tour de la fédération PS de la Haute-Garonne de se prononcer contre le projet d’extension de la déchéance de nationalité…

Beatrice Colin

— 

Au siège du Parti socialiste de Haute-Garone
Au siège du Parti socialiste de Haute-Garone — FrŽdŽric Scheiber/20MINUTES

L’extension de la déchéance de nationalité à l’encontre d’auteurs de crimes terroristes proposée dans le projet de loi constitutionnelle proposé par François Hollande n’en finit pas de susciter des critiques.

En particulier au sein de son propre camp. Dès la semaine dernière, des parlementaires socialistes de la Haute-Garonne, notamment Kader Arif et Cathy Lemorton, ont fait connaître leur désapprobation, ainsi que le président du Conseil départemental, Georges Méric.

>> A lire aussi : Georges Méric, le patron PS du Département de la Haute-Garonne, contre la déchéance de nationalité

Vendredi, la fédération PS a enfoncé le clou. Son bureau a voté une résolution à l’unanimité contre le projet.

 

Proposée par son premier fédéral, Sébastien Vincini, cette résolution « demande le remplacement du projet de déchéance de nationalité par une mesure respectant nos idéaux républicains et le droit international, comme l’indignité nationale ».

« Création de deux catégories de Français »

Si elle rappelle en préambule leur soutien au Président de la République et au gouvernement, la fédération socialiste de la Haute-Garonne, l’une des plus importantes de France, affirme « sans ambiguïté » son opposition à cette mesure.

« La République n’est pas soluble dans la démocratie, elle la transcende et la dépasse, la notion de citoyenneté est intrinsèquement liée à celle d’égalité et c’est fort de ce fondement que nous ne pouvons accepter cette mesure. Elle reviendrait à consacrer la création de deux catégories de Français », déplorent les membres du bureau.