TFC: Le départ de Wissam Ben Yedder est «une éventualité»

FOOTBALL Dominique Arribagé, l’entraîneur du TFC, souhaite garder Wissam Ben Yedder jusqu’à la fin de la saison. Mais le meilleur Toulousain pourrait partir dès le mercato d’hiver…

Nicolas Stival

— 

L'attaquant du TFC Wissam Ben Yedder face aux Lillois Adama Soumaoro et Renato Civelli, lors du match de Ligue 1 au Stadium de Toulouse, le 19 décembre 2015.
L'attaquant du TFC Wissam Ben Yedder face aux Lillois Adama Soumaoro et Renato Civelli, lors du match de Ligue 1 au Stadium de Toulouse, le 19 décembre 2015. — P. Pavani / AFP

Forcément, Dominique Arribagé s’attend à se voir poser la question sur l’avenir de Wissam Ben Yedder tout au long du mercato d’hiver, jusqu’au 1er février à minuit. Ce jeudi, deux jours avant un importantissime duel du bas de tableau de Ligue 1 à Reims, l’entraîneur du TFC a répété vouloir garder son attaquant au moins jusqu’à la fin de la saison.

Ben Yedder « n’est pas malheureux à Toulouse »

« Cela pénaliserait l’équipe que Wissam ne soit plus là, reconnaît Arribagé. Mais le foot est fait comme ça. » Le départ du meilleur joueur violet, courtisé en particulier par l’Olympique de Marseille, est donc « une éventualité », reconnaît le technicien. « Est-ce qu’il souhaite toujours partir ? Je l’imagine. Mais il n’est pas malheureux à Toulouse. S’il continue à mettre des buts, son départ ne sera pas peut-être pas pour ce mercato, mais pour le prochain. »

Il n’y a pas de raisons que le président Olivier Sadran, inflexible dans ce dossier cet été, se montre plus souple quelques mois plus tard… L’avant-dernier de L1 aura bien besoin de Ben Yedder, auteur de 50 buts en 137 matchs de championnat avec le TFC, afin de mener à bien son opération maintien. Le contrat de l'attaquant expire en juin 2017.

>> A lire aussi : Le PSG deux fois, l’OM, Monaco… Le TFC va vivre un janvier de folie

Côté arrivées, l’éclosion des jeunes Alban Lafont dans les buts et Issa Diop en défense centrale rend moins urgent un recrutement à ces postes. « Le mercato d’hiver est un marché d’opportunités, glisse toutefois Arribagé. Si une opportunité se présente, il faudra la prendre, quel que soit le poste. »