Attentats de janvier: Les hommages des Toulousains mis en ligne et archivés pour l'éternité

COMMEMORATION Les hommages déposés par les Toulousains après les attentats de janvier ont été restaurés et numérisés par les archives municipales. Mis en ligne ce mardi, ils intéressent la prestigieuse université de Harvard…

Hélène Ménal
— 
Le 11 janvier 2015 sur la place du Capitole. Archives.
Le 11 janvier 2015 sur la place du Capitole. Archives. — Beatrice Colin

Des poèmes, qui riment ou pas, des déclarations enflammées, un message griffonné sur un ticket de métro, des centaines de tracts improvisés, des doudous, des dessins d’enfants ou des déclinaisons infinies de « Je suis Charlie ». Et des crayons, beaucoup de crayons, trouvés au fond du sac, piqués dans la trousse du petit ou même, pour un, taillé dans un bâton.

Au soir du 7 janvier 2015, les Toulousains ont spontanément choisi la façade principale du Capitole pour la transformer en mur du souvenir, avec de petits autels bricolés et des centaines de bougies.

420 documents ou objets restaurés et archivés

Ces témoignages de l’émotion populaire sont restés une dizaine de jours, sous la pluie et au vent, avant que ne se pose la question de les retirer. « Le maire à alors souhaité qu’ils soient conservés », rappelle Jean-Louis Reuland, l’élu en charge des Archives municipales. Ses services n’ont pas gardé les bougies. Mais ils ont récupéré et restaurés les photos, dessins et messages, et certains objets comme un badge, un brassard.

420 souvenirs en tout ont répertoriés, indexés puis numérisés par deux conservateurs. Ils sont consultables en ligne depuis mardi. Prêts à nourrir les thèses des étudiants en sociologie ou simplement à raviver le souvenir d’un moment de communion.

Harvard veut réunir un fonds exhaustif

Ces documents font désormais partie de la mémoire de la Ville rose. Et pas seulement puisque la prestigieuse université de Harvard a pris contact avec les archives de Toulouse. « Cette initiative de conservateurs et d’enseignants-chercheurs de Harvard vise à créer une bibliothèque numérique exhaustive des documents liés aux attentats de janvier et à leur donner une exposition et une visibilité différente », explique Lola Mirabail, conservatrice des bibliothèques à Paris 8 qui sert de relais à l’initiative américaine.

>> A lire aussi : Après les attentats à « Charlie Hebdo », les hommages des Rennais visibles dans le monde entier

La Parisienne a aussi pris contact avec les archives de Rennes et Saint-Etienne, qui ont également conservé les vestiges de l’hommage populaire aux victimes.

A Toulouse, 277 autres témoignages ont été collectés par les archives depuis les attentats du 13 novembre. Au même endroit.