Toulouse: Le tracé de la troisième ligne de métro dévoilé

TRANSPORTS Reliant le nord-ouest au sud-est, cette nouvelle ligne débute à Airbus Colomiers pour finir à Airbus Defence & Space, avec une option encore à l'étude d'une liaison avec Labège...  

Julie Rimbert

— 

Le tracé de la troisième ligne de métro à Toulouse
Le tracé de la troisième ligne de métro à Toulouse — Tisséo - SMTC

C’était une des promesses de campagne de Jean-Luc Moudenc. Tisséo a dévoilé ce vendredi le tracé de la future troisième ligne de métro, qui reliera le nord-ouest au sud-est toulousain pour une mise en service en 2024. La liaison jusqu’à Labège est une « option » encore à l’étude.

Deux options encore à trancher

Baptisé Toulouse Aérospace Express (TAE), la troisième ligne desservira les usines Airbus de Colomiers et Saint-Martin du Touch, les 7 Deniers, le Boulevard de Suisse, Fondeyre, La Vache, la gare Raynal, Marengo, François-Verdier, l’avenue Jean Rieux, la Côte Pavée, L’Ormeau, Montaudran puis Airbus Defense & Space (ex-Astrium). Au sud-est, le terminus n’est pas encore définitif puisque deux options subsistent : soit vers Malepère (pour 70 millions d’euros), soit vers Labège (pour 122 millions d’euros).

 

L’aéroport Toulouse-Blagnac n’est pas desservi mais cette zone fait aussi l’objet d’une option, pour un coût de 112 millions d’euros, qui aboutira selon les discussions avec les opérateurs. Initialement, le tracé devait faire 17 km mais il atteindra finalement les 21 km pour 17 stations.

Suspense sur la desserte de Labège

La possibilité d’un terminus de la ligne TAE à Labège n’a donc toujours pas été validée. A l’origine pour le prolongement de la ligne B, Jean-Luc Moudenc a revu sa copie et préfère garder les 300 millions d’euros nécessaires à ce projet pour payer une partie de la ligne TAE. « Dès le mois de janvier, nous allons discuter avec le Sicoval car l’idée est de faire un projet gagnant-gagnant pour que tout le monde s’y retrouve dans les transports en commun », a assuré ce vendredi le président de Toulouse Métropole.

Le président du groupe socialiste à Toulouse Métropole, Claude Raynal, a souligné ce vendredi « les nombreuses interrogations » autour du projet. « Le projet Toulouse Aerospace Express se fera-t-il au détriment du prolongement de la ligne B qui est prêt à démarrer ? Entraînera-t-il l’abandon de projets de transports en commun de surface et si oui, lesquels ? », s’est interrogé l’ancien maire de Tournefeuille, attendant maintenant « le montage financier permettant la réalisation de ce projet, certes en soit pertinent mais extrêmement coûteux ».

Pour Georges Méric, le président du Conseil départemental favorable au prolongement de la ligne B, « le projet de troisième ligne de métro mérite d’être étudié plus avant et ne doit cependant pas sonner le glas des autres projets de transports en commun engagés sur l’agglomération et urgents à mettre en œuvre, comme le prolongement de la ligne B de métro à Labège qui est techniquement prêt et financièrement bouclé ».

>>A lire aussi : Bras de fer sur la direction que doit prendre le métro

François-Verdier nouveau noeud de correspondance

Environ les deux tiers du tracé seront en souterrain. Des points d’interconnexion sont à l’étude : avec la ligne A à Marengo SNCF et la ligne B à François-Verdier et La Vache, au tramway Envol sur le rond-point Jean Maga, avec le téléphérique urbain Sud à Montaudran et avec l’aéroport Toulouse-Blagnac et la gare Matabiau.

TAE, dont le coût est estimé à 1.72 milliard d’euros pour un coût au km entre 80 et 90 millions d’euros, doit transporter 200.000 voyageurs par jour. Le temps de parcours entre les deux terminus du tracé de référence sera de 34 à 37 minutes.

Les élus de Toulouse Métropole attaquent maintenant la délicate partie du financement du projet, qui devrait être tranché à la fin du premier trimestre 2016.