TFC: Pour Arribagé, «Nantes a de la chance de s’appuyer sur un public formidable»

FOOTBALL Toulouse se déplace samedi à Nantes, en Ligue 1. L’entraîneur du TFC Dominique Arribagé est sous le charme du public de la Beaujoire…

Nicolas Stival

— 

Les supporters du FC Nantes lors du match contre le Paris-Saint-Germain, le 25 août 2013 au stade de la Beaujoire.
Les supporters du FC Nantes lors du match contre le Paris-Saint-Germain, le 25 août 2013 au stade de la Beaujoire. — Fabrice Elsner

Voici dix ans que la pelouse de la Beaujoire est bénie pour le TFC, qui n’a plus perdu à Nantes depuis septembre 2005 et reste sur deux victoires consécutives. Un nouveau succès samedi serait bienvenu pour les Violets, avant-derniers de Ligue 1, qui viennent de rechuter contre Lorient (2-3).

Mais il faudra pour cela marcher sur les Canaris et braver leurs supporters. « Les Nantais ont de la chance de s’appuyer sur un public formidable, assure Dominique Arribagé, l’entraîneur toulousain. C’est rare en France, à part pour les "top équipes", et c’est un atout indéniable. »

>> A lire aussi : Entre le public stéphanois et nantais, qui c’est les plus forts ?

Depuis le début de saison, 26.000 personnes en moyenne se massent à la Beaujoire, soit le double de l’affluence enregistrée au Stadium de Toulouse. Et les travaux pour l’Euro 2016 dans la Ville rose n’expliquent pas tout…

« Il y a toujours eu une grosse ferveur à Nantes, même en Ligue 2, où 30.000 spectateurs venaient au match, souligne Arribagé. C’est un contexte agréable, et toujours plus intéressant que de jouer dans un stade vide. »

 

Sans Machach et sans doute sans Braithwaite à Nantes

Lorsqu’il a évolué à Rennes, entre 1998 et 2004, l’ancien défenseur central se souvient « avoir bien ramassé » lors des derbies disputés en Loire-Atlantique. Le FCN d’aujourd’hui, onzième de L1, n’a plus grand-chose à voir avec celui des années glorieuses. Mais Arribagé se méfie de cette « équipe athlétique, agressive dans le bon sens du terme et capable de mettre rapidement ses adversaires sous pression ».

La pression, de toute manière, cela fait de longues semaines que le TFC vit avec, malgré le soutien tout relatif de son public. Samedi, l’avant-dernier du championnat devra en outre composer sans son prometteur milieu Zinédine Machach (suspendu) et probablement sans son meilleur buteur Martin Braithwaite (six réalisations en L1 cette saison).