Toulouse: La mise en service de la troisième ligne de métro annoncée pour 2024

TRANSPORTS Le tracé de la ligne Toulouse Aerospace Express (TAE) sera dévoilé le vendredi 18 décembre. Le maire affirme qu’elle sera mise en service en 2024…  

Helene Menal

— 

La future troisième ligne a été baptisée Toulouse Aerospace Express (TAE). Illustration.
La future troisième ligne a été baptisée Toulouse Aerospace Express (TAE). Illustration. — Fred.Scheiber

« La troisième ligne de métro, non seulement on va la faire mais elle sera mise en service en 2024 ». Voilà ce qu’a lancé Jean-Luc Moudenc (LR), le maire de Toulouse, ce mercredi lors d’un conseil syndical de Tisséo.

 

Ce n’est pas un scoop mais il l’a dit avec force alors que d’autres élus l’asticotaient sur le Prolongement de la ligne B du métro vers Labège (PLB), un projet dont l’avenir suscite les plus vives inquiétudes, notamment du côté du Sud-est toulousain, sur le territoire du Sicoval. Ce dernier n’exclut d’ailleurs plus de saisir la justice si le PLB est abandonné.

>> Lire aussi : Ils croient encore au prolongement de la Ligne B du métro

Jean-Luc Moudenc n’a pas tranché le débat. « Il y a deux manières de converger avec le Sicoval. Soit on intègre la desserte de Labège dans la troisième ligne de métro. Soit on fait les deux, à condition de le pouvoir financièrement ».

>> Lire aussi : Cinq choses à savoir sur la troisième ligne de métro

Un tracé sous le sapin

En attendant cet arbitrage, l’autre annonce est la date choisie pour dévoiler le tracé de la troisième ligne de métro : le vendredi 18 décembre. «Avant Noël, comme promis», rappelle Jean-Michel Lattes (UDI), le président de Tisséo, sans cacher sa satisfaction.

 

Rappelons que cette ligne, baptisée «Toulouse Aerospace Express» (TAE), doit desservir Montaudran, Matabiau, et Airbus à Blagnac. Jean-Luc Moudenc n’est pas contre l’idée de la prolonger même jusqu’à Colomiers. Mais après le tracé, les élus toulousains devront aussi dévoiler leur plan de financement. Pour Georges Méric (PS), le président du Conseil départemental, l’échéance de 2024 est intenable. Il juge la date de 2035 plus réaliste.