Carcassonne: Elle ne s’était pas présentée à son procès, la mère infanticide interpellée

JUSTICE Une Belge de 32 ans, accusée d’avoir congelé son nouveau-né, ne s’était pas présentée à son procès lundi, aux assises de l’Aude. Elle a été interpellée dans la soirée…

N.S. avec AFP

— 

Carte de localisation de Carcassonne et de Limoux, dans l'Aude.
Carte de localisation de Carcassonne et de Limoux, dans l'Aude. — Google Maps

Son avocat, sans nouvelle de sa cliente depuis le mois d’août, disait craindre le pire. Finalement, suite à un mandat d’amener, Natalie de Mey a été interpellée dans la soirée de lundi par les gendarmes, à son domicile de Limoux, dans l’Aude. Elle a été présentée au parquet de Carcassonne, mardi matin.

Lundi, cette Belge de 32 ans ne s’était pas présentée à son procès pour infanticide à la Cour d’assises de l’Aude. Accusée d’avoir congelé son nouveau-né, elle devait comparaître libre, pour un verdict attendu mercredi. Mais son procès a été renvoyé en raison de sa disparition.

>> A lire aussi : Accusée d’avoir congelé son nouveau-né, elle disparaît lors de son procès

Déjà mère de deux filles, Natalie De Mey, serveuse dans un café, avait accouché seule, dans les toilettes de son appartement, le 2 février 2011. Elle avait rapidement déposé le bébé dans son congélateur. Son ancien compagnon avait découvert le cadavre de l’enfant, vivant à la naissance, trois mois plus tard.

« Une pauvre femme qui s’est retrouvée dans une situation insurmontable »

Selon Me Philippe Calvet, son avocat, il ne s’agissait pas d’un déni de grossesse mais d’« un déni de maternité ». « C’est une pauvre femme qui s’est retrouvée dans une situation insurmontable », assurait-il lundi, sur fond d’énormes tensions familiales, d’alcool et d’anxiolytiques.

Une expertise psychiatrique a noté une « altération du discernement au moment du passage à l’acte », mais estimé que la mère de famille était malgré tout pénalement responsable.