Toulouse: Pour la première fois, des cœurs d'enfants ont été réparés grâce à la 3D

SANTE Le CHU de Toulouse a utilisé une nouvelle technologie, baptisée EchoNavigator, pour traiter les malformations cardiaques sans avoir recours à la chirurgie à cœur ouvert…

Béatrice Colin
— 
Lors de l'intervention, à l'Hôpital des enfants de Toulouse.
Lors de l'intervention, à l'Hôpital des enfants de Toulouse. — CHU Toulouse

Opérer les enfants atteints de malformations cardiaques sans avoir recours à une chirurgie à cœur ouvert, mais en utilisant la 3D. C’est le pari technologique tenté par les services du CHU de Toulouse le 6 novembre sur trois jeunes patients.

Pour la première fois en Europe, des chirurgiens toulousains ont utilisé sur des enfants le dispositif Echonavigator, mis au point par Philipps. En visualisant en 3D le cœur, il permet au chirurgien d’avoir des gestes précis.

Une hospitalisation plus courte, moins traumatisante

Il combine aussi l’échocardiographie et la radioscopie. « La fusion entre rayons X et ultrasons est une véritable révolution technologique. Voir le cœur en trois dimensions permet de décrire précisément la malformation », assure le Pr Philippe Acar, cardiologue et pédiatre, qui a travaillé sur ce projet avec le Dr Khaled Hadeed, cardiologue échographiste 3D et le Dr Sébastien Hascoet, cardiologue interventionnel.

Il a pu refermer la communication interventriculaire en passant un cathéter par les vaisseaux. Ce petit tuyau permet d’accéder au cœur et d’éviter le traumatisme d’une chirurgie plus classique. Elle a permis aux jeunes patients de récupérer plus vite et d’être de retour chez eux 36 heures après l’intervention. Près de 40 enfants devraient être traités bientôt grâce à cette nouvelle méthode.

Une fillette de 5 ans a été la première à bénéficier de cet appareil, déjà utilisé à l'hôpital Henri-Mondor de Créteil (Val-de-Marne), mais uniquement pour des adultes. Elle souffrait d'un trou intraventriculaire, nécessitant une opération très délicate. Un garçonnet de 6 ans a ensuite subi la même intervention. Enfin, une petite fille de 9 ans a été opérée pour un problème de communication entre ses oreillettes.