La joie du TFC après le but du 2-0 de Wissam Ben Yedder contre Nice en Ligue 1, le 28 novembre 2015 au Stadium de Toulouse.
La joie du TFC après le but du 2-0 de Wissam Ben Yedder contre Nice en Ligue 1, le 28 novembre 2015 au Stadium de Toulouse. — P. Pavani / AFP

FOOTBALL

Toulouse: Vainqueur de Nice, le TFC «n'est pas mort» mais «n'a pas fini de souffrir»

La formation toulousaine a dominé Nice samedi au Stadium, mais reste avant-dernière de Ligue 1...  

Après sa victoire sur Nice, samedi (2-0), le TFC reste avant-dernier de Ligue 1. Mais l’écart avec le premier non-relégable, Bastia, est passé de cinq à trois points. « Nous ne sommes pas morts, remarque Dominique Arribagé, au sortir d’un succès qui fuyait son équipe depuis la première journée, le 9 août contre Saint-Etienne (2-1). Mais nous n’avons pas fini de souffrir et de nous battre pour sortir de là. »

 

Pour mettre un terme à plus de trois mois et demi de disette face à l’OGCN, quatrième du championnat, l’entraîneur des Violets avait fait la révolution afin de « bousculer un groupe dans la sinistrose ». Pour leurs premières titularisations en L1, le gardien Alban Lafont (16 ans) et le défenseur central Issa Diop (18 ans) se sont vite mis au niveau.

>> A lire aussi : Plus jeune gardien de l’histoire de Ligue 1, Alban Lafont signe des débuts de rêve à 16 ans

A peine plus âgé, le milieu Zinedine Machach (19 ans, six matchs de L1), précis techniquement et solide physiquement, a confirmé les promesses déjà entrevues. Les cadres se sont mis au diapason, comme les attaquants Wissam Ben Yedder et Martin Braithwaite, auteurs d’un but chacun.

Akpa Akpro : « Tout le monde s’est mis le cul par terre »

« Tout le monde a pris conscience que la situation était très compliquée et s’est mis le cul par terre, du gardien au dernier remplaçant, s’est félicité le capitaine Jean-Daniel Akpa Akpro au terme de son 100e match dans l’élite, à 23 ans. On a vu une belle équipe. »

 

Cette semaine à trois matchs peut relancer le TFC, si mal parti dans ce championnat. Mercredi, l’avant-dernier se rendra chez la lanterne rouge, Troyes, avant la réception de Lorient (neuvième), samedi. « Il faut gagner à Troyes et ensuite on pourra parler de dynamique positive », lâche le milieu Yann Bodiger (20 ans), autre produit du centre de formation titularisé face à l’OGCN.

Arribagé ne dit pas autre chose : « Nous avons fait un petit pas ce soir (samedi), mais le plus dur sera d’enchaîner. » Une deuxième victoire d’affilée, ce serait du jamais vu cette saison à Toulouse.