Toulouse: Lassés de la galère, des usagers des transports en commun créent une association

TRANSPORTS Donner la parole aux usagers des transports en commun de toute l’agglomération et servir d’aiguillon. C’est l’objectif d’une association relancée ce mardi…    

Helene Menal

— 

Passage du métro au dessus de la rocade toulousaine. Archives
Passage du métro au dessus de la rocade toulousaine. Archives — Alexandre GELEBART/REA

« J’habite à Blagnac et je travaille à Rangueil. En transports en commun, le trajet dure 1h15, détaille Marie-Pierre Bès. A vélo, que je prends le plus souvent possible, c’est 35 à 40 minutes, à peu près autant qu’en voiture en comptant le temps passé dans les bouchons ». L’universitaire est bien placée pour décrire la galère quotidienne des habitants de l’agglomération. Persuadée que « l’offre de transport n’est pas la hauteur des besoins de déplacements », elle fait partie de ceux qui ce mardi soir vont réactiver l’Association des transports de l’agglomération toulousaine et de ses environs (Autate).

Déploiement sur le terrain

Il s’agit en fait d’une renaissance. Les statuts de l’association ont été déposés en préfecture il y a sept ans, sans que la mayonnaise prenne vraiment. Mais comme les bouchons n’ont pas diminué, que les problématiques de l’environnement et de la santé ne cessent de monter en puissance, ces citoyens pensent que le temps est venu de donner la parole à tous les usagers des transports en commun, qu’ils prennent le bus, le métro ou le train.

L’Autate se dit « apolitique » et « sans idée préconçue ». « Les habitants qui galèrent le plus sont ceux des communes limitrophes, précise Marie-Pierre Bès. Nous allons nous pencher sur les dossiers, nous déployer aux interconnexions et interroger les usagers ».

>> A Lire aussi : Fiables et réguliers, les bus Linéo vont se balader partout

Le président de Tisséo se dit « ouvert »

Jean-Michel Lattes (UDI), le président de Tisséo, accueille sans a priori la naissance de cette association « poil à gratter ». « Nous sommes ouverts. chaque fois que quelqu’un viendra nous voir, on le recevra », réagit-il. Même s’il lui semble quand même avoir « présenté une feuille de route ambitieuse, avec dix lignes de bus Linéo, un téléphérique urbain et les études sur une troisième ligne de métro »...