VIDEOS. « Nous sommes unis », le cri du cœur des étudiants musulmans toulousains

ATTENTATS A PARIS Leur vidéo réalisée juste après les attentats a fait le tour des réseaux sociaux…

Beatrice Colin

— 

La vidéo des membres toulousains de l''association des étudiants musulmans de France.
La vidéo des membres toulousains de l''association des étudiants musulmans de France. — You Tube / EMF

« Celui qui tue un homme, tue toute l’Humanité ». Ce verset du Coran résume bien la pensée de jeunes Toulousains membres de l’Association des étudiants musulmans de France.

Au lendemain des attaques terroristes à Paris du 13 novembre, ils ont décidé qu’ils devaient faire entendre leurs voix, « dire qu’en tant que citoyens français nous étions touchés par ce qu’il s’est passé », explique Imène Mahtat, la présidente toulousaine de l’association.

A l’image du mouvement #NotInMyName, lancé il y a un an par des musulmans pour s’opposer au discours des djiahistes, les étudiants de la Ville rose ont mis en ligne une vidéo où ils affichent sur des écriteaux #NousSommesUnis. Elle a déjà été vue par plus de 400.000 personnes.

Eviter les amalgames

Leurs représentants nationaux ont appelé « à l’unité et à la solidarité. La France doit rester unie face à ce déferlement de violences qui tue des civils innocents et meurtrit une nation entière ». Ils ont indiqué qu’ils craignaient les amalgames.

 

Les Etudiants Musulmans de France prennent la parole et répondent en video ! A partager !#NousSommesUnis

Posté par Etudiants Musulmans de France sur dimanche 15 novembre 2015

 

« Il fallait montrer qu’on se désolidarise de ce qui s’est passé. Sur les réseaux sociaux, certaines personnes nous ont remerciés de l’avoir fait », explique Imène Mahtat. En janvier, après les événements survenus à Charlie Hebdo et à l’Hyper Cacher, cette étudiante de Paul-Sabatier avait, avec ses camarades, distribué des roses sur le Capitole.

Œuvre de street art envisagée

Cette fois-ci, les étudiants réfléchissent à la réalisation d’une oeuvre de street art où tous ceux qui le veulent pourraient exprimer ce qu’ils ont ressenti après ces attentats.

Des actions bien loin des visites de musée ou maraude nocturne qui rythment habituellement la vie de l’association.

« Nous sommes une association étudiante comme les autres, avec le "M" de musulman en plus pour l’éthique, le respect d’autrui », poursuit Imène qui bosse régulièrement avec Coexister, un mouvement de jeunes de confessions différentes.