Toulouse: 2.500 personnes à la cathédrale pour «manifester l'unité de la nation»

ATTENTATS A PARIS Trois jours après les attaques de Paris, une grande messe a eu lieu lundi soir à la cathédrale Saint-Etienne de Toulouse. Des représentants des cultes musulman, juif, orthodoxe et protestant étaient présents…

Nicolas Stival

— 

La cathédrale Saint-Etienne de Toulouse lors de la messe pour la paix le 16 novembre 2015, trois jours après les attentats de Paris. Le retable a pris les couleurs bleu-blanc-rouge du drapeau français.
La cathédrale Saint-Etienne de Toulouse lors de la messe pour la paix le 16 novembre 2015, trois jours après les attentats de Paris. Le retable a pris les couleurs bleu-blanc-rouge du drapeau français. — N. Stival / 20 Minutes

Même en ajoutant des chaises, beaucoup de gens sont restés debout pendant près d'une heure et demie. Près de 2.500 personnes ont assisté lundi dans la cathédrale Saint-Etienne de Toulouse à une « messe de deuil national et de prière pour la paix », présidée par l'archevêque, Monseigneur Robert Le Gall.

« Nous manifestons l’unité de la Nation »

« Ce soir, nous avons besoin de réchauffer nos cœurs ensemble, a lancé le prélat catholique en présence de représentants musulman, juif, orthodoxe et protestant, trois jours après les attentats de Paris. Comme cet après-midi avec le Congrès réuni à Versailles, nous manifestons l’unité de la nation face aux actes de barbarie aveugle. »

Mgr Le Gall a rappelé la signature d’une charte de la Fraternité entre les différents cultes le 19 mars 2015 à Toulouse, soit trois ans après les tueries commises par Mohamed Merah dans le chef-lieu de la Haute-Garonne et à Montauban.

Le retable de la cathédrale aux couleurs bleu-blanc-rouge

« Il n’est pas fréquent que les couleurs du drapeau français illuminent le retable de la cathédrale, a-t-il aussi observé. C’est insolite et plein de sens. » En début de cérémonie, l’archevêque a donné du « cher Abdellatif » et du « chère Nicole » à Abdellatif Mellouki et Nicole Yardeni, respectivement secrétaire général de l’Union des musulmans de France (UMF) et présidente du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) dans la région Midi-Pyrénées.

« Ces barbares ont voulu nous diviser, a relevé Abdellatif Mellouki (au premier plan sur la photo), dans une allusion aux djihadistes de Paris et de Saint-Denis. Mais en restant unis, les citoyens français seront plus forts que jamais. »