Siemens implante le siège mondial de son système de métros VAL à Toulouse

ECONOMIE Une centaine d’emplois est annoncée par le groupe d’ici au Printemps…

Beatrice Colin

— 

Illustration ligne de metro aerien a Toulouse.
Illustration ligne de metro aerien a Toulouse. — Alexandre GELEBART/20MINUTES

A Toulouse, cela fait longtemps que l’on a opté pour le VAL, ce système de métro sur pneus totalement automatique construit par Siemens.

L’entreprise a annoncé ce lundi matin qu’elle avait fait le choix de la Ville rose pour implanter le siège mondial de son activité de Véhicule Automatique Léger dans le « cadre de son soutien à la réindustrialisation de la France ».

« Par son attractivité, son dynamisme et son orientation vers les nouvelles technologies, la Métropole de Toulouse s’est imposée comme le meilleur choix pour le regroupement des activités de métros automatiques Val du Groupe Siemens », justifie l’entreprise.

Une centaine de salariés à Basso-Cambo

Réparties entre Colomiers, Châtillon dans les Hauts-de-Seine et Roubaix, les activités de recherche & développement, d’ingénierie, de direction de projets et de maintenance seront progressivement réunies au cœur du quartier de Basso-Cambo.

Ce site s’étend sur un terrain de 10.000 m2 dans des locaux en cours de réaménagement. Les premières équipes y ont pris leurs fonctions ce lundi matin. Au printemps, plus d’une centaine de salariés y seront présents.

« L’implantation du nouveau site VAL de Siemens à Basso-Cambo est une belle victoire qui renforce notre économie locale : elle assure la promotion du savoir-faire des PME de la région dans les métiers des systèmes embarqués, de l’électronique et du ferroviaire et elle va accroître l’activité de la sous-traitance », s’est félicité Jean-Luc Moudenc (LR), le maire de Toulouse, y voit de nombreuses retombées sociales.

Projets à Rennes et Toulouse

En France, les villes de Lille, Rennes ainsi que les aéroports de Paris-Orly et Paris Charles-de-Gaulle sont équipés d’un métro de type VAL. Il y en a aussi à Turin, Taipeh à Taiwan, Uijeongbu en Corée du Sud et à l’aéroport de Chicago O’Hare.

Siemens a été retenu par Rennes Métropole pour sa deuxième ligne en construction. Si on ne sait pas encore si le choix du VAL sera retenu pour la troisième ligne de métro toulousaine, Siemens a été retenu pour adapter les rames de métro de la ligne A à 52 mètres.