Le Stade Toulousain rend un vibrant hommage à l’idole Guy Novès

RUGBY A l’issue du net succès de Toulouse sur Grenoble, le nouveau sélectionneur du XV de France a été honoré par son ancien club et par le public d’Ernest-Wallon...

Nicolas Stival

— 

Le Stade Toulousain et son public ont rendu hommage à Guy Novès, l'ancien manager du club, le 7 novembre 2015 au stade Ernest-Wallon.
Le Stade Toulousain et son public ont rendu hommage à Guy Novès, l'ancien manager du club, le 7 novembre 2015 au stade Ernest-Wallon. — P. Pavani / AFP

Le public d’Ernest-Wallon a vécu une soirée de rêve, samedi. Tout d’abord, il a vu son Stade Toulousain corriger Grenoble (52-12), en Top 14. Une mise en bouche idéale avant l’hommage à l’icône Guy Novès. Pour sa première sortie officielle en tant que sélectionneur du XV de France, l’ancien joueur, entraîneur et manager général stadiste jusqu’à la fin de saison dernière a eu droit à une belle fête.

 

Longuement applaudi par ses supporters, Novès (61 ans) était entouré par d’anciens coéquipiers et joueurs (Rancoule, Rougé-Thomas, Lacroix, Brennan, Heymans, Jauzion, Donguy...) qui représentaient chacun un des 16 titres remportés au fil de ses quatre décennies avec le Stade Toulousain.

« Il me tardait de vous retrouver »

Novès a gagné deux titres de champion de France en tant que joueur (1985 et 1986), puis dix comme entraîneur ou manager (1989, 1994, 1995, 1996, 1997, 1999, 2001, 2008, 2011, 2012) et quatre Coupes d’Europe (1996, 2003, 2005, 2010). « Je vais vous l’avouer. Il me tardait de vous retrouver », a lâché l’ex-patron sportif du club le plus titré d’Europe.

 

« Vous faites tous partie d’un club assez particulier, le palmarès est le fruit du travail de nombreuses années, non pas de Guy Novès mais de tout un tas de personnes. Ce qu’on a gagné, je ne l’ai jamais gagné seul. Les meilleurs entraîneurs sont ceux qui ont les meilleurs joueurs mais pas l’inverse », a-t-il ajouté.

Les remerciements du président Bouscatel

Les nombreuses tensions internes qui ont émaillé la fin du parcours de Novès à Toulouse ont semblé oubliées, le temps d’une soirée. Son désormais ancien président Jean-René Bouscatel l’a remercié d’avoir « amené le Stade Toulousain au sommet du rugby français et européen » et s’est dit certain qu’il saurai « insuffler un vent nouveau dans le rugby français ».

 

Après une Coupe du monde calamiteuse, la tâche est énorme. Novès pourra toujours se remémorer cette belle soirée de samedi s’il se retrouve dans le dur avec le XV de France.