Toulouse: Accrochages entre avocats et forces de l'ordre devant le Palais de justice

SOCIETE Des robes noires, mobilisées contre la réforme de l’aide juridictionnelle, ont eu maille à partir avec les forces de l’ordre…

Beatrice Colin

— 

Illustration d'une grève des avocats toulousains.
Illustration d'une grève des avocats toulousains. — F. Scheiber / SIPA

Après Boulogne-sur-Mer, Toulouse a été le théâtre d’affrontements entre forces de l’ordre et avocats ce jeudi en début d’après-midi.

>> A lire aussi : Aide juridictionnelle : Taubira fait un pas en arrière, les avocats maintiennent leur mouvement

Alors qu’ils menaient une opération « justice bloquée » dans le cadre la réforme sur l’aide juridictionnelle en empêchant l’accès d’un fourgon de détenus, plusieurs membres du barreau de Toulouse ont été chargés par les forces de l’ordre selon leurs représentants.

« Un de mes collègues a reçu un coup de matraque dans les côtes. Nous avons été jetés par terre, ils m’ont déchiré mon pantalon, tenté de nous porter des coups par en dessous, ont cassé mon mégaphone », raconte Julien Brel, l’un des avocats pris dans les heurts.

Plainte des avocats

Avec six autres collègues, il a décidé de porter plainte auprès du parquet général. « C’est inadmissible que des confrères en robe soient gazés et molestés par les forces de l’ordre, sans sommation », critique Alexandre Martin, membre du conseil de l’ordre qui tiendra une assemblée générale exceptionnelle vendredi matin.

 

Du côté de la police, la version diverge. On explique que ce sont les forces de l’ordre qui ont été frappées par des pancartes d’avocats alors qu’elles tentaient de mettre en sécurité deux fourgons cellulaires où se trouvaient des détenus. Trois fonctionnaires ont été légèrement blessés.

Malgré les annonces faites mercredi par Christiane Taubira, de nombreux membres de la profession estiment que tout n’est pas réglé, notamment en ce qui concerne les rétributions pour la défense des plus précaires.