Pyrénées: Des balises sur les lignes électriques pour éviter que les rapaces ne se crashent

BIODIVERSITE Près de 320 boules luminescentes ont été installées dans le Parc national des Pyrénées pour que les oiseaux évitent les câbles…

Béatrice Colin
— 
Les équipes de RTE Lors de l'installation de balises sur les lignes à haute-tension dans les Pyrénées.
Les équipes de RTE Lors de l'installation de balises sur les lignes à haute-tension dans les Pyrénées. — RTE

Si les pilotes d’hélico ont une cartographie de lignes à très haute tension sous le coude, ce n’est pas une donnée que les rapaces ont dans leur carnet de vol. Ils en meurent ainsi régulièrement dans les Pyrénées lors de collisions avec ces énormes câbles qui traversent certaines vallées pour les alimenter en électricité.

Des boules luminescentes

Pour aider ces oiseaux de proie à éviter ces obstacles mortels, des équipes spécialisées de Réseau de Transport d’Electricité (RTE) ont installé cette semaine des balises sur 4,3 km de câbles implantés dans le Parc National des Pyrénées, du côté de Villelongue, dans les Hautes-Pyrénées.

Ces 320 « avisphéres », deux demi-sphéres de couleur rouge et jaune luminescentes assemblées, ont été accrochées aux lignes à 225.000 volts par la voie des airs. Elles sont visibles de loin par les rapaces et de nuit.

Installation de balises pour protéger les grands rapaces sur une ligne électrique #ParcNationaldesPyrénées. pic.twitter.com/HuQkhy3wrh
— RTE (@rte_france) October 14, 2015

Ce ne sont pas les premières à apparaître dans les Pyrénées. Un premier dispositif a vu le jour sur des câbles qui traversent la Réserve naturelle régionale du massif du Pibeste-Aoulhet.

« Nous avons alors réalisé une étude sur le comportement des grands rapaces avant l’installation de ces balises avifaunes et après pour vérifier leur efficacité, et cela donne des résultats », relève Gwénaëlle Plet de la Ligue de protection des oiseaux (LPO)-Pyrénées vivantes.

Gypaète barbu

Il était important d’agir, notamment pour éviter de porter un coup à la population de rapace la plus menacée d’Europe, le gypaète barbu. Au cours de ces trois dernières années, trois d’entre eux sont morts dans les Pyrénées après une collision avec des lignes à très haute tension. Or il reste seulement 40 couples sur le versant français du massif, d’où l’importance de trouver des parades.

« Ce chantier s’inscrit dans un programme de protection de l’avifaune plus important lancé en 2012 et qui court jusqu’en 2017. Nous avons ainsi un projet d’implantation qui relie Pragnères et travers la frontière vers Biescas, en Espagne », explique Michel Bergès, directeur du groupe maintenance réseau de RTE en Béarn.