Toulouse: Les syndicats dénoncent un «fichage» des profs, la rectrice s'en défend

REFORME DES COLLEGES Vive polémique autour d’un document préconisant un classement des professeurs selon leur avis sur la réforme des collèges. Une «faute» d’un inspecteur selon le rectorat…

B.C. avec AFP

— 

Illustration d'un collège de Haute-Garonne.
Illustration d'un collège de Haute-Garonne. — A. GELEBART / 20 MINUTES

« Passif, attentiste », « progressiste, relais » ou « rebelle, irréductible ». Ce sont quelques-uns des adjectifs utilisés pour classer en trois groupes les professeurs des collèges de l’Académie de Toulouse selon leur avis sur la réforme des collèges, qui doit être mise en œuvre à la rentrée 2016. Ce document a été présenté en septembre lors d’une journée de formation du personnel académique sur la réforme.

« Remise en cause de l’indépendance »

Un classement qui est loin d’être du goût des syndicats enseignants qui ont dénoncé mercredi un « fichage ». « Ce procédé, conjugué à l’analyse systématique et par établissement des taux de grévistes le 17 septembre lors de la journée d’opposition à la réforme des collèges, est choquant et inouï dans l’Education nationale. Il illustre la brutalité qui s’est emparée de l’encadrement académique », critique le syndicat majoritaire Snes-FSU Midi-Pyrénées dans un communiqué.

Pour Christophe Manibal, son secrétaire en Haute-Garonne « c’est une remise en cause de l’indépendance du fonctionnaire ».

 

« Faute » d’un inspecteur

S’il ne nie pas l’existence de ce document, le rectorat indique qu’il s’agit d’une « faute » d’un inspecteur. « Dès lors qu’elle en a eu connaissance, la rectrice a convoqué l’inspecteur qui a commis cette faute afin d’en tirer toutes les conséquences », assure-t-il dans un communiqué.

Avant de certifier que « s’il n’était pas question de fichage - contrairement à ce que certaines allégations ont pu laisser entendre - il n’en demeure pas moins que ce document est contraire à l’esprit du plan de formation mis en place dans l’académie de Toulouse. Le plan de formation académique repose sur la confiance aux établissements et aux personnels éducatifs. Il consiste en une appropriation locale des enjeux par une démarche participative ».