Toulouse: La place Saint-Pierre passe en mode Wi-Fi gratuit

INTERNET La ville poursuit le déploiement de son réseau gratuit pour le grand public en centre-ville…

Béatrice Colin

— 

Le square de Gaulle, une des zones connectées en Wi-Fi public à Toulouse.
Le square de Gaulle, une des zones connectées en Wi-Fi public à Toulouse. — B. Colin / 20 Minutes

Surfez sur Internet en buvant un coup à la terrasse d’un café de la place Saint-Pierre. C’est déjà possible si vous avez un smartphone dans votre poche.

Mais depuis peu, au lieu de consommer son forfait perso, il est possible de se connecter gratuitement au réseau Wi-Fi « MairieToulousePublic », 24 h/24, 7 J/7.

 

Après une expérimentation lancée au square de Gaulle puis au Capitole, ainsi qu’à la médiathèque depuis septembre, la mairie déploie petit à petit son réseau Wi-Fi gratuit dans le cadre de son projet de « Smart City » qui sera complété l’an prochain par l’arrivée de la 4 G dans le métro.

« Pour les sites comme Saint-Pierre nous avons exploité des ressources internes et profité des travaux de rénovation pour le déploiement ce Wi-Fi », explique Bertrand Serp, conseiller municipal délégué au Numérique.

Centre-ville en priorité

Pour l’extension de ces spots, un appel d’offres a été lancé et remporté par Orange. « D’ici à la fin de l’année, il doit être installé sur certains sites du centre-ville, tout en respectant certaines règles, notamment la question de la proximité des écoles. Puis nous le déploierons dans des zones périphériques en 2016 et 2017 », poursuit l’élu.

Les lieux fréquentés situés dans l’Octogone, soit le périmètre du centre-ville situé à l’intérieur des boulevards, seront desservis d’ici à décembre, notamment à Esquirol, la Daurade, Saint-Aubin et Saint-Cyprien.

Puis l'an prochain, Arnaud-Bernard, le Pont-Neuf et les Carmes. Et avec l’Euro 2016, le Stadium est aussi à l'étude.

>> A lire aussi : Toulouse, le wi-fi entre en gare Matabiau

Pour réduire les coûts, la ville réfléchit à se servir de réseau câblé existant, comme celui par exemple de JCDecaux et de ses stations VélôToulouse ou celui des caméras de vidéosurveillance, en pleine expansion.