Toulouse: La finale du Top 8 serait la «cerise sur la cerise» pour Blagnac-Saint-Orens

RUGBY FEMININ Le Bsorf, coleader du Top 8, sort d’une excellente saison conclue en demi-finale du championnat de France…

Nicolas Stival

— 

L'équipe de Blagnac-Saint-Orens (BSORF) domine Caen en Top 8 de rugby féminin (52-24), le 21 septembre 2014 à Blagnac.
L'équipe de Blagnac-Saint-Orens (BSORF) domine Caen en Top 8 de rugby féminin (52-24), le 21 septembre 2014 à Blagnac. — Nicolas Stival / 20 Minutes

Après deux journées, Blagnac-Saint-Orens occupe la tête du Top 8, à égalité avec Lille. Une semaine après avoir gagné avec le bonus à Caen, le Bsorf a de nouveau obtenu cinq points dimanche… sans jouer, en raison du forfait de Perpignan.

Quoi qu’il en soit, la saison semble lancée sur les bases de la précédente, terminée en demi-finale face à des Montpelliéraines en route pour leur troisième titre successif. « La priorité des priorités, c’est déjà le maintien, freine le co-entraîneur Eric Carrière. La qualification pour les phases finales serait la cerise sur le gâteau. Et accéder à la finale, la cerise sur la cerise. » Ce serait du jamais vu depuis 2002, lorsque le club de Saint-Orens (double champion de France) n’avait pas encore « fusionné » avec Blagnac.

Un effectif quasiment inchangé

Pour réussir cet exercice de pâtisserie et d’équilibrisme, le Bsorf peut compter sur un effectif très peu modifié à l’intersaison. Les demies d’ouverture Camille Imart (Stade Toulousain) et Montserrat Amédée (Montpellier) sont parties alors que la centre Pauline Raymond est arrivée du Stade Bordelais.

« On a aussi fait monter des joueuses de l’équipe B», indique Eric Carrière, qui espère que les blessures, en club comme en sélection, ne viendront pas contrecarrer les objectifs du Bsorf.

Car, rançon de la réussite, les Haut-Garonnaises envoient régulièrement une demi-douzaine de joueuses en équipe de France à 15, et deux autres avec les Bleues du 7. Marjorie Mayans et Amélie Mugnier préparant les Jeux olympiques 2016 à Rio, elles rateront de nombreux matchs en Top 8.

Le plus attendu dans la Ville rose est le derby qui opposera le 15 novembre le Stade Toulousain (STRF), promu à l’intersaison, au Bsorf. La naissance d’une rivalité ? « On s’occupe de notre championnat, pas de celui des autres », tranche Eric Carrière…