Les SFR décrochent six mois de sursis

©2007 20 minutes

— 

Les salariés de SFR ont

à nouveau rendez-vous aujourd'hui avec leur direction. Depuis fin mai, les 724 employés toulousains de l'opérateur de téléphonie mobile s'opposent à un projet d'externalisation vers un sous-traitant de leur centre d'appels, ainsi que de deux autres en France, à compter du 1er août.

Cet après-midi, les deux parties devraient étudier les termes d'un protocole de fin de conflit. Si la direction a annoncé une issue vendredi en reportant ce projet au 31 décembre prochain, du côté des syndicats, le discours est loin d'être aussi affirmatif.

« Nous voulons que les négociations repartent de zéro, notamment sur les raisons économiques de ce projet. Si on accepte que le transfert se fasse à la fin de l'année, cela veut dire que nous sommes d'accord avec l'externalisation », souligne Denis Chourreau, de l'intersyndicale toulousaine. Tous les salariés attendent aussi le jugement sur la suspension du plan d'externalisation que doit rendre mardi le tribunal de grande instance de Paris.