La saison des fauchages d'OGM est lancée

©2007 20 minutes

— 

Samedi, les faucheurs volontaires d'OGM ont effectué au Fauga leur premier fauchage revendiqué de l'année. Symboliquement, une centaine de militants ont coupé chacun un pied de maïs génétiquement modifié sur une parcelle de cette commune, au sud de Toulouse. L'action s'est déroulée sous les yeux des gendarmes, qui ne sont pas intervenus, contrairement à une quarantaine d'agriculteurs favorables aux cultures transgéniques. Ces derniers ont bloqué les véhicules des faucheurs, avant une âpre discussion sur le sujet.

Les militants se sont ensuite rendus au Capitole pour réaliser un test sur les épis fauchés : les résultats montraient bien qu'ils étaient positifs aux OGM. Après avoir distribué des tracts et informé la population, les faucheurs sont allés devant la préfecture déposer le fruit de leur récolte. « Nous demandons la destruction des 20 000 hectares plantés, même si nous ne nous faisons pas d'illusion, souligne Michel Metz, du collectif anti-OGM 31. Et nous réclamons toujours un moratoire sur ces cultures. »

chiffres Midi-Pyrénées regroupe 115 des 264 communes où sont cultivées des parcelles d'OGM en plein champ. Sur 19 815 hectares en France, 6 000 se trouvent en Haute-Garonne. Les cantons les plus touchés sont ceux de Muret et Verdun-sur-Garonne. Ceux de Toulouse comptent six parcelles de 30 hectares.