La première galerie SDF lancée à Toulouse

CULTURE Deux artistes contemporains, un Toulousain et un New-Yorkais, inaugurent le concept de galerie « sans adresse fixe » et donc sans loyer…

Hélène Ménal

— 

Le teaser de cet expo radicale et énigmatique.
Le teaser de cet expo radicale et énigmatique. — Galerie Richard Mutt

Le conceptuel, ça les connaît. Deux chefs de file de l’art contemporain, le Toulousain Damien Aspe et le New-Yorkais d’adoption Daniel Firman, ont décidé de s’affranchir des contraintes physiques d’une galerie classique.

A Toulouse, ils exposent pour la première fois dans une galerie à la fois nomade et éphémère. Elle porte le nom de Richard Mutt, le nom choisi par Marcel Duchamp pour signer sa Fontaine urinoir, et a élu domicile place de l’Estrapade, chez Novostore, dans le quartier Saint-Cyprien. Pour un petit mois seulement, sans savoir dans quelle ville ni même sur quel continent elle atterrira la prochaine fois.

Daniel Firman et Damien Aspe, les deux artistes contemporains réunis dans l’exposition toulousaine. - Galerie Richard Mutt.

 

« Dans le monde de l’art contemporain, il y a les grosses machines et puis les toutes petites galeries qui, surtout en province où il y a peu d’acheteurs, ont de plus en plus de mal à exister, explique Damien Aspe. Sans lieu, donc sans loyer, on réduit les coûts ».

Et même les coûts de transport puisque pour cette première les deux artistes ont créé sur place deux œuvres inédites « qui dialoguent ».

«Amener un autre public à l’art»

L’exposition, énigmatiquement baptisée « If you see something, say something », la phrase qui tapisse New-York depuis les attentats de 2001, a aussi l’ambition « d’amener un autre public à l’art ».

Les deux artistes ont signé une double édition sérigraphique tirée de l’exposition. Elle a été éditée à 30 exemplaires, vendus chacun au prix pas très parisien de 500 euros. Les bénéfices serviront à financer la prochaine escale de la galerie Richard Mutt.