Toulouse: Cinq choses à retenir du premier échec du Fenix handball cette saison

HANDBALL Le club toulousain s’est incliné mercredi à domicile lors de la première journée de D1, face à Saint-Raphaël…  

Nicolas Stival

— 

Le gardien du Fenix Toulouse Cyril Dumoulin. Archives.
Le gardien du Fenix Toulouse Cyril Dumoulin. Archives. — Pillaud/LNH

Le Fenix s’est accroché, mais a fini par lâcher dans les dernières minutes contre Saint-Raphaël (26-28). La logique a parlé ce mercredi soir lors de la première journée de D1, entre le dixième et le troisième du championnat 2014-2015. La première de l’ex-manager général parisien Philippe Gardent, « forcément déçu » après cette défaite, est toutefois riche en enseignements.

Un manque de réalisme offensif

« Saint-Raphaël a mis les buts qu’on n’a pas su mettre », relève le capitaine toulousain Rémi Calvel. « Nous avons des balles pour passer à +1, relève Gardent. On a parfois raté l’immanquable devant le gardien adverse. » Si souvent irréprochable, le pivot slovène Miha Zvizej a cette fois failli dans certains duels contre les portiers varois Djukanovic et Popescu.

Des gardiens en-dedans

A peine 11 arrêts à eux deux. Le tandem de gardiens internationaux Pardin (9 parades) - Dumoulin (2) n’a pas vraiment assuré face au récent finaliste du Trophée des champions. « Sur ce genre de matchs, ce n’est pas suffisant, admet Gardent. Ce n’est pas encore la paire de gardiens qu’on attend. On espère qu’ils vont se mettre en régime "arrêts" très rapidement. En revanche, le système défensif en 5-1 a bien fonctionné. »

Des recrues prometteuses

Assez impressionnant, surtout en première mi-temps, l’arrière gauche monténégrin Vasko Sevaljevic (7/10 aux tirs au final) a confirmé la bonne impression laissée lors de la qualification à Nîmes, en Coupe de la Ligue.

Le demi-centre espagnol Alvaro Ruiz (4/5) a lui aussi plutôt été à son avantage. « Ils évoluent à des postes stratégiques, et leur marge de progression est intéressante, note Gardent. J’attends encore plus d’Alvaro dans la prise de risques. »

Un Palais des Sports décevant

Les joueurs du Fenix sont habitués à évoluer dans un Palais des sports (4.000 places) bien garni et ardent. Ce mercredi, il n’y avait que 1.900 spectateurs environ et l’ambiance s’en est ressentie. Toujours impeccable dans son rôle de speaker-animateur, le bondissant Yoan Crouzillat a pourtant donné de sa personne pour ranimer les tribunes. Les fans de handball seront peut-être plus mobilisés le 23 septembre face au promu Chartres, une semaine après le déplacement du Fenix à Aix, chez un certain Jérôme Fernandez.

Un ancien entraîneur revanchard

Au bout d’une longue histoire avec le club toulousain, Joël Da Silva a rejoint Saint-Raphaël en 2014, après une séparation difficile qui a laissé des traces. Le temps mort demandé dans les derniers instants de la rencontre, alors que l’équipe varoise avait match gagné, est très mal passé dans les rangs du Fenix, ironique sur son compte twitter.

« Il n’y avait rien de personnel, assure le technicien varois. On ne voulait juste pas faire n’importe quoi. Cela n’avait rien à voir avec les joueurs (toulousains). Ceux qui se sentent visés, c’est leur problème. Je souhaite du bien au Fenix. »