Toulouse: Mauvaise passe pour le nouveau stade des Minimes

URBANISME Le commissaire enquêteur a rendu un avis défavorable au projet d’agrandissement du temple du rugby à XIII. La balle est désormais dans le camp de la mairie…

Helene Menal

— 

Le stade Arnauné dans sa configuration actuelle
Le stade Arnauné dans sa configuration actuelle — FrŽdŽric Scheiber/20MINUTES

Dans le match entre la mairie et le collectif des riverains du stade Arnauné, aux Minimes, les habitants ont remporté une première manche. Le commissaire enquêteur chargé du dossier vient en effet de rendre un « avis défavorable » au projet.

Rappelons que l’idée, qui ne date pas d’hier, est d’agrandir considérablement le berceau du rugby à XIII pour le porter de 4.000 à plus de 9.000 places. Avec en point de mire les normes imposées par la Super League anglaise que le TO XIII pourrait au mieux intégrer en 2018 mais aussi, selon la mairie, « la possibilité d’avoir un stade réhabilité de jauge moyenne ».

 

Le projet de la mairie pour le stade Arnauné - Ville de Toulouse

 

Le tout doit coûter 13 millions d’euros. De quoi déchaîner les passions du côté des Minimes où un collectif de riverains consteste l’idée de « ce projet pharaonique » et s’inquiète des nuisances engendrées les soirs de match ou durant les travaux. Et le commissaire enquêteur le rejoint globalement.

Dans son rapport, plutôt sévère, il pointe l’absence de stationnement autour de ce stade fortement imbriqué dans le tissu urbain. Il fait aussi sienne l’inquiétude de certains riverains qui vont voir surgir des tribunes de près 10 mètres de haut au fond de leur jardin. Jean-Paul Gayrard cite notamment le cas de ce propriétaire de la rue Lambic dont la façade se retrouvera à un mètre d’un immense mur de béton et à qui la mairie propose des treilles pour qu’il y fasse pousser des plantes grimpantes.

Trois scénarios possibles

« Le commissaire enquêteur insiste sur la dégradation du cadre de vie de tout un quartier. Son avis nous ravit », résume une des membres du collectif. Même si ce rapport n’engage pas la mairie juridiquement, les opposants espèrent qu’il va peser dans la balance.

« Nous avons pris acte de ce rapport qui sera relayé auprès de tous les services concernés et fera prochainement l’objet d’un comité de pilotage », réagit Laurence Arribagé (LR), l’adjointe aux Sports. Elle envisage trois scénarios possibles : « Soit on continue, soit on modifie le projet en le végétalisant par exemple, soit on l’abandonne ».

Mais, ajoute l’élue, « la municipalité reste convaincue de la nécessite de réhabiliter les Stade Arnauné ». Elle écarte en tout cas l’hypothèse de construire un nouveau stade ailleurs, « qui coûterait beaucoup plus cher ».

Dans l’attente de cet arbitrage municipal, le collectif prévient qu’il ira « jusqu’au bout ».