Toulouse: Le président Sadran dit non à Marseille, Ben Yedder reste au TFC

FOOTBALL Le président toulousain Olivier Sadran a repoussé les assauts de l'OM jusqu’à la clôture du mercato, ce lundi minuit…

Nicolas Stival

— 

L'attaquant du TFC Wissam Ben Yedder face au défenseur de Nice Didier Digard lors du match de Ligue 1 entre les deux équipes, le 23 mai 2015 au Stadium de Toulouse.
L'attaquant du TFC Wissam Ben Yedder face au défenseur de Nice Didier Digard lors du match de Ligue 1 entre les deux équipes, le 23 mai 2015 au Stadium de Toulouse. — F. Lancelot / Sipa

Parfaitement intraitable. Non, on ne parle pas de Pierre Martinet, le traiteur à l’accent rocailleux, mais d’Olivier Sadran, qui œuvre d’ailleurs lui aussi dans la restauration. Le président du TFC a soigné sa réputation d’intransigeance en retenant contre son gré son attaquant Wissam Ben Yedder (25 ans) tout au long du mercato d’été.

Après avoir repoussé en juillet les avances du FC Séville, le patron des Violets a douché les désirs de l’Olympique de Marseille, pourtant de plus en plus ardents au fur et à mesure que minuit, et donc la fin du mercato, approchait ce lundi.

Cette fois, l’OM n’a pas pu infléchir Sadran comme en 2010, lorsque le club phocéen avait acheté un autre avant-centre toulousain, André-Pierre Gignac, au terme de longues négociations, pour près de 18 millions d’euros. Le président du TFC souhaitait un transfert d’au moins 10 millions pour Ben Yedder (sous contrat jusqu’en 2017) et ses 47 buts en Ligue 1.

TFC : Ben Yedder « restera avec nous cette saison », promet Arribagé

Sadran a donné raison à Dominique Arribagé, qui craignait un départ en toute fin de mercato pour son avant-centre, sans disposer d’une solution de rechange. Cependant, l’entraîneur toulousain va devoir à présent redonner le moral à l’attaquant, qu’il n’a pas hésité à laisser sur le banc samedi lors de la défaite à Rennes (3-1), pour le « punir » d’étaler un peu trop son mal-être.

 

Déjà embarrassé par l’affaire Tongo Doumbia, l’actuel quatorzième de Ligue 1 aura besoin d’un bon Ben Yedder pour éviter de rééditer sa saison passée, conclue aux portes de la relégation. Pour l’instant, l’exercice 2015-2016 est parti sur des bases bien moyennes.