Grève des taxis: Blocages, opération escargot et tensions à Toulouse

SOCIETE Un automobiliste a percuté un chauffeur de taxi devant la gare Matabiau…

Béatrice Colin

— 

Illustration manifestation de taxis à l'aéroport de Toulouse-Blaganc.
Illustration manifestation de taxis à l'aéroport de Toulouse-Blaganc. — F. Lancelot / SIPA

Ils étaient moins nombreux que prévu, mais ont réussi à perturber la circulation dans la Ville rose et aux abords de la gare Matabiau. Près de 500 artisans taxis, 250 selon la préfecture de Haute-Garonne, bloquent depuis jeudi matin les accès à l’aéroport et la gare Matabiau pour demander l’interdiction de l’application UberPOP.

L’effet escompté s’est fait ressentir au grand dam de certains usagers.

 

En fin de journée ils ont lancé une opération escargot sur la rocade.

 

Longtemps, la manifestation s’est déroulée dans un calme relatif, comparé à Paris

Un chauffeur de taxi, percuté par un automobiliste

Toutefois, dans le courant de l’après-midi, les esprits se sont échauffés. Un chauffeur de taxi a été percuté par un automobiliste. « Il y avait des ralentissements le long de la gare Matabiau, un collègue a été chargé par un automobiliste alors qu’il tractait et s’est retrouvé sur le capot, sans qu’il y ait de gravité. On commence à sentir l’énervement de la profession », reconnaît Frédéric Aussenac, le vice-président de l’Association de défense des taxis de Toulouse.

Quatre chauffeurs UberPOP auraient été interpellés jeudi matin à l’aéroport, deux autres en centre-ville ainsi que deux VTC.

Le porte-parole local du mouvement assure d’ores et déjà qu’il y aura un nouveau blocage vendredi matin.