Toulouse-Blagnac: Le PDG chinois du nouvel actionnaire de l'aéroport porté disparu

JUSTICE Cité dans une affaire de corruption en Chine, Poon Ha Man, le PDG de la nouvelle société actionnaire de l'aéroport, a démissionné de certaines de ses fonctions et reste injoignable…

B.C.

— 

Blagnac, le 18 septembre 2012. La facade de l'aeroport de Toulouse Blagnac.
Blagnac, le 18 septembre 2012. La facade de l'aeroport de Toulouse Blagnac. — FRED SCHEIBER / 20 MINUTES

Mayday, Mayday, y a-t-il un pilote dans l’avion ? Le PDG de la société Casil Europe, qui vient de racheter 49,9 % des parts de l’Etat dans la société d’exploitation de l’aéroport de Toulouse-Blagnac, n’a plus donné de ses nouvelles depuis un mois.

Démission inattendue

Poon Ho Man, par ailleurs directeur général du fonds d’investissement Friedmann Pacific AM, l’une des deux sociétés actionnaires de Casil Europe, et de sa filiale dédiée au leasing d’avions, China Aircraft Leasing Company, aurait disparu des écrans radars depuis plus d’un mois selon des informations du quotidien South China Morning Post.

« Vendredi, le groupe s’est déclaré incapable de joindre son directeur général après l’annonce inattendue de sa démission » alors qu’il était en congés complète l’agence Reuters, relayée ce mardi par le site Médiapart.

« Son nom aurait été cité dans une enquête pour corruption menée par les autorités auprès de l’une des compagnies clientes de CALC, China Southern Airlines », poursuit l’agence de presse Reuters.

Soupçons de corruption

Un soupçon de corruption qui n’a pas manqué de faire réagir les opposants à la vente des parts de l’Etat dans l’aéroport.

« Ça commence à faire beaucoup. La présence de Lavalin dans le dossier de candidature du consortium chinois alors que cette société est interdite de marchés publics par la banque mondiale, c’était déjà sulfureux. Ces nouveaux actionnaires ont racheté 308 millions d’euros des parts qui n’en valaient que 150 millions d’euros et aujourd’hui leur patron disparaît », critique Stéphane Borras du Collectif contre la privatisation de la gestion de l’aéroport Toulouse-Blagnac.

Aéroport de Blagnac : Le collectif contre la privatisation demande la saisie du service anti-corruption

Autant de signaux qui pour lui doivent pousser le gouvernement à renoncer à la vente, « sans attendre que le Conseil d’Etat examine le recours que nous avons déposé », poursuit le militant.